Medtronic
Medtronic
Medtronic
Medtronic Accueil | Informations concernant Medtronic | Informations générales sur la santé | Informations à l'usage des patients | Informations à l'usage des médecins
   
   
   
Medtronic
Medtronic

Medtronic
Medtronic

Qu'est-ce que le traitement de resynchronisation cardiaque (TRC) ?

  • Thérapie implantable pour les patients souffrant d'insuffisance cardiaque modérée à sévère (dont la cause est connue) et d'asynchronisme ventriculaire (les ventricules ne se contractent pas de manière synchrone)

Le traitement de resynchronisation cardiaque (TRC) est une méthode thérapeutique consistant à implanter une sorte de stimulateur ou DAI chez certains patients souffrant d'insuffisance cardiaque s'accompagnant également d'asynchronisme ventriculaire. Ce traitement permet aux deux ventricules de se contracter à nouveau de manière plus synchrone.

Comment se déroule le traitement de resynchronisation cardiaque ?

Le traitement de resynchronisation cardiaque consiste à envoyer de très faibles impulsions électriques vers le ventricule droit et le ventricule gauche. Un petit appareil est placé sous la peau du thorax (implanté) et relié à trois sondes (fils souples isolés) qui sont introduites dans le cœur par les vaisseaux sanguins. L'appareil ressemble à un pacemaker, mais contrairement au pacemaker qui accélère un battement cardiaque lent, l'appareil TRC détecte et corrige l'asynchronisme interventriculaire.




Fonctionnement d'un système TRC (642 kb)

Deux systèmes implantables sont disponibles :

  • Un système simple qui assure uniquement la resynchronisation cardiaque.
  • Un système combiné qui, en plus de la resynchronisation cardiaque, permet également de traiter les tachyarythmies ventriculaires (TV/FV).

C'est le médecin qui détermine quel système convient le mieux au patient individuel, d'après les antécédents médicaux et le risque éventuellement élevé de ce même patient de développer des arythmies ventriculaires.

Le traitement de resynchronisation cardiaque peut améliorer la qualité de vie du patient souffrant d'insuffisance cardiaque. Il ne remplace pas le traitement médicamenteux. Les patients qui optent pour le traitement de resynchronisation cardiaque sont invités à poursuivre leur traitement médicamenteux conformément aux prescriptions de leur médecin.

Quels sont les patients candidats au traitement de resynchronisation cardiaque ?

Les patients souffrant d'insuffisance cardiaque modérée à sévère et présentant les caractéristiques suivantes peuvent tirer avantage de ce traitement :

  • Patients dont les ventricules ne se contractent pas en même temps (asynchronisme interventriculaire).
  • Patients qui continuent à présenter des symptômes malgré un traitement médicamenteux optimal et dont la qualité de vie reste dès lors médiocre (NYHA III ou IV).
  • Patients dont le cœur n'est pas capable de pomper efficacement le sang : faible capacité de pompage (Fraction d’éjection ≤ 35 %).

La capacité de pompage du cœur est déterminée d'après un paramètre appelé 'fraction d'éjection' (FE). La fraction d'éjection est la fraction – ou quantité – de sang pompée hors (ou éjectée) du ventricule gauche à chaque battement cardiaque. Chez les personnes dont le cœur est normal et sain, la fraction d'éjection est en moyenne égale ou supérieure à 55 %.

Que se passe-t-il durant l'implantation ?

Une petite incision est pratiquée, généralement dans la partie supérieure du thorax.

  • Trois sondes (fils isolés qui envoient les impulsions vers le cœur) sont introduites dans le cœur.
  • Le dispositif TRC est implanté sous la peau.

L'implantation du dispositif est une procédure chirurgicale. Le dispositif est placé sous la peau du thorax et relié à trois électrodes. Après l'implantation, le patient peut noter une petite bosse dans la région du cœur / de l'épaule, là où se trouve le dispositif. Les sondes sont généralement introduites dans le cœur via une veine. Trois sondes sont nécessaires : une dans l'oreillette droite, une dans le ventricule droit et une dans le ventricule gauche. Durant l'intervention, on administre aux patients des médicaments pour les rendre somnolents et améliorer leur confort. Le médecin ou l'infirmier/infirmière donne des instructions pour soigner la plaie durant la cicatrisation. Les patients peuvent souvent bouger leur bras de manière limitée pendant une courte période après l'implantation.



Possibilités diagnostiques du dispositif TRC

Outre leur rôle thérapeutique, les dispositifs TRC (tant les stimulateurs que les DAI) sont également en mesure de fournir au médecin traitant certaines données importantes concernant l’état du cœur, comme une évaluation de l’activité journalière, la fréquence cardiaque pendant la nuit, ainsi que des informations sur la régularité du rythme cardiaque.
  
Le dispositif TRC de Medtronic est en outre capable de signaler de façon précoce toute accumulation de liquide au niveau des poumons, permettant ainsi d’instaurer à temps une adaptation du traitement (par ex. médicaments ou régime alimentaire).

Cette fonction du dispositif, appelée OptiVol, présente pour le patient l’avantage de pouvoir éviter une hospitalisation suite à une aggravation de l’insuffisance cardiaque.

OptiVol - contrôle du surcharge pulmonaire

La plupart des dispositifs TRC de Medtronic disposent d’une fonction OptiVol. OptiVol est une fonction diagnostique permettant de contrôler la surcharge pulmonaire. Pour ce faire, un petit courant électrique est envoyé de la sonde située dans le ventricule droit vers le boîtier du stimulateur situé dans le thorax gauche. OptiVol mesure et enregistre la résistance des signaux électriques dans les poumons.

Il y a une relation entre la résistance électrique mesurée et la surcharge pulmonaire.  Lorsque la résistance augmente, la teneur hydrique diminue, et lorsque la teneur hydrique pulmonaire augmente, la résistance diminue. Les mesures OptiVol peuvent donc indiquer un changement possible de la surcharge pulmonaire au niveau des poumons.

OptiVol

 

Les dispositifs TRC qui disposent d’une fonction OptiVol mesurent quotidiennement la résistance pulmonaire des patients, et comparent celle-ci aux valeurs de référence moyennes de ces mêmes patients. On obtient ainsi une valeur appelée l’indice OptiVol. Lorsque cet indice OptiVol dépasse une valeur pré-déterminée, une alarme se déclenche. Dans cette situation, il existe un risque accru d’accumulation liquidienne dans les poumons endéans quelques jours ou semaines, et le patient doit prendre le plus vite possible contact avec son médecin / cardiologue.

Lorsqu’on instaure à temps une augmentation des doses de médicament ou un autre traitement médicamenteux, on peut empêcher l’accumulation liquidienne et ainsi, dans la plupart des cas, éviter une possible hospitalisation.

La teneur hydrique peut être encore mieux surveillée si le patient dispose d’un indicateur Patient Look afin d’échanger des informations. C’est un système de monitoring à domicile qui est posé sur le chevet et garde un contact “sans fil” avec le dispositif TRC, afin d’échanger des informations. Le patient peut ainsi réagir à temps lorsqu’un changement de taux hydrique est mesuré, où lorsque surviennent des modifications du rythme cardiaque. Le patient peut en outre contrôler lui-même tous les jours si le témoin de l’indice OptiVol est allumé, et si c’est le cas, en accord avec le médecin / cardiologue traitant, se rendre à temps à l’hôpital.

OptiVol offre la possibilité d’intervenir à temps et de façon adéquate sur tout changement de la teneur hydrique des poumons, une indication importante et prédictive d’accumulation liquidienne consécutive à une insuffisance cardiaque.

 





back
 

top