medtronic empoyees in puerto rico

Medtronic au Porto Rico Une oasis au cœur de la destruction

Medtronic crée des refuges pour les employés à la suite de l’ouragan Maria

9 octobre 2017 – Diana DeJesus n’arrive pas à emballer assez vite.

En temps normal, elle est infirmière aux installations de Medtronic à Ponce, à Porto Rico. Mais aujourd’hui, elle travaille sur le terrain à titre d’employée de supermarché, emballant des boîtes de nourriture pour des collègues dans le besoin à la suite de l’ouragan Maria.

« Ce sont des amis, de la famille. Nous travaillons ensemble depuis si longtemps que nous formons une famille, raconte-t-elle avant de s’arrêter pour ravaler ses larmes. Je suis heureuse de pouvoir être ici pour aider. »

Diana et une équipe d’employés de Medtronic emballent de grandes boîtes de nourriture pour leurs collègues qui ont été le plus durement touchés par l’ouragan.

Plusieurs d’entre eux, dont Emilio Plaza, ont tout perdu.

alt

Des membres de l’équipe de Ponce emballent de la nourriture et de l’eau pour leurs collègues dans le besoin.

« Quand j’en avais le plus besoin, Medtronic était là pour m’aider, confie-t-il alors qu’il roule une grande boîte de nourriture et une caisse de bouteilles d’eau vers sa camionnette. J’en suis très reconnaissant. »

Une bonne partie de Porto Rico est encore sans électricité. L’eau se fait rare, tout comme la nourriture.

« Nous voulons faire en sorte que nos installations soient une oasis pour les employés, explique Nayda Melendez, gestionnaire principale des ressources humaines de Medtronic à Ponce. Ils sont notre priorité. Nos génératrices fonctionnent. Nous avons de l’électricité. Nous faisons tout en notre pouvoir pour subvenir à leurs besoins. Ils ont besoin de nous. »

Medtronic à Ponce offre à ses employés beaucoup de choses qu’ils n’ont pas à la maison. Trois fois par jour, ils reçoivent des repas gratuits servis par des collègues bénévoles. S’ils en ont besoin, ils peuvent obtenir de l’argent d’une coopérative de crédit sur place, maintenant ouverte. Des postes informatiques publics leur sont également offerts pour qu’ils puissent communiquer avec leurs êtres chers et le reste du monde. En une journée, des bénévoles ont distribué 20 palettes de bouteilles d’eau, de même que de la nourriture de toute sorte, de la glace et plusieurs dizaines de génératrices.

« Nous voulons faire en sorte que nos installations soient une oasis pour les employés. Ils sont notre priorité. Ils sont notre priorité. »

Nayda Melendez, gestionnaire principale des ressources humaines de Medtronic à Ponce, Porto Rico.

« C’est une excellente idée, » s’exclame Dennis Ramirez alors qu’il dépose une énorme brassée de linge sale dans une laveuse. Medtronic a transformé une grande salle de réunion en une buanderie gratuite, où les travailleurs peuvent laver et sécher leurs vêtements. « Ça fait tellement du bien de porter des vêtements propres à nouveau. Ça fait deux semaines que nous n’avons pas d’électricité et personne n’a pu faire le lavage... jusqu’à maintenant. »

L’entreprise a également installé un ensemble de douches portatives pour les employés, et deux fois par semaine, un médecin se rend à Medtronic pour rencontrer les travailleurs qui ont besoin de soins médicaux. Medtronic fournit également de l’aide pour remplir les documents de demande de secours d’urgence de la FEMA.

Dans les jours suivants immédiatement la tempête, beaucoup d’employés se sont présentés au travail, même si les installations étaient fermées, afin d’aider aux activités de nettoyage. Ce travail a porté ses fruits : Medtronic peut déjà recommencer la production à Ponce.

Cela rend Mirna Cruz heureuse. Des voisins lui ont envoyé une vidéo, qu’ils ont prise la nuit de l’ouragan, montrant les vents de 240 km/h arracher le toit de sa maison. Elle et sa famille ont survécu, blotties à l’étage inférieur. Même si elle n’a ni toit ni électricité, elle a rejoint ses collègues dans la chaîne de production. « Nous sommes ici pour aider les gens, dit-elle. Ils ont besoin de ces produits. C’est pour cette raison que je suis revenue, que nous sommes tous revenus. »