What is your stroke IQ?

Que savez-vous sur l'AVC?

Seriez-vous en mesure de reconnaître les signes d’un accident vasculaire cérébral (AVC)?

Seriez-vous en mesure de reconnaître les signes d’un accident vasculaire cérébral (AVC)? Sauriez-vous quoi faire si un proche subissait un AVC? Le plus important est de se rendre à l’hôpital au plus VITE.

Selon la Fondation canadienne des maladies du cœur et de l’AVC, l’AVC est la principale cause d’invalidité et la troisième cause de mortalité au Canada. Environ 62 000 AVC surviennent chaque année au pays – soit un toutes les neuf minutes.

Un AVC survient lorsque la circulation sanguine vers une partie du cerveau est interrompue et les cellules cérébrales sont privées d’oxygène. L’accident ischémique cérébral (AIC) est le type d’AVC le plus fréquent et se produit lorsque la circulation sanguine est bloquée par un caillot. Si le caillot est petit et que l’occlusion est temporaire, il s’agit d’un accident ischémique transitoire (AIT). Bien qu’il soit peu probable qu’un AIT cause des dommages durables, il peut annoncer un AIC imminent. L’AVC hémorragique, le troisième type d’AVC, survient lorsqu’un vaisseau sanguin se rompt.

L’AVC touche principalement les personnes âgées, mais n’importe qui peut en souffrir. Voici les principaux facteurs de risque1 :

  • Hypertension artérielle
  • Diabètes
  • Fibrillation auriculaire
  • Taux de cholestérol élevé
  • Poids malsain
  • Contraception/hormonothérapie substitutive
  • Tabagisme
  • Stress
  • Régime alimentaire
  • Manque d’exercice physique
  • Consommation excessive d’alcool ou
    de drogue

UNE QUESTION DE TEMPS

ambulance

Près de deux millions de cellules du cerveau meurent chaque minute lors d’un AVC2.

  • Composez le 911 et mentionnez l’AVC.
  • Ne conduisez pas pour vous rendre à l’hôpital : allez-y en ambulance.
  • Les ambulanciers paramédicaux sauront quel hôpital offre les meilleurs soins de l’AVC.

À L’HÔPITAL

Pour traiter un AIC, les spécialistes de l’AVC peuvent administrer des médicaments thrombolytiques, comme les activateurs tissulaires du plasminogène (TPA). Si le caillot bloque un large vaisseau sanguin, il peut être retiré à l’aide d’une endoprothèse au cours d’une intervention appelée thrombectomie. Selon l’American Heart Association, la thrombectomie avec endoprothèse représente l’une des innovations les plus importantes dans les soins de l’AVC en plus de 20 ans. Au Canada, cette intervention a gagné en popularité en 2015 lorsque les résultats d’une étude canadienne ont démontré qu’elle permettait d’améliorer nettement l’évolution de l’état de santé des patients, par comparaison aux médicaments.

RÉDUCTION DES RISQUES

Le Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires conseille de réduire les risques d’AVC par « un moins grand apport de sel dans vos aliments, la consommation régulière de fruits et de légumes, moins de gras dans votre alimentation, l’abandon du tabac et l’adoption d’un mode de vie actif ».

L’organisme recommande également de savoir reconnaître les symptômes d’un AVC.

AVC INEXPLICABLE

Reveal LINQ

On estime que 25 % à 40 % des AIC ne semblent avoir aucune cause déterminée. Si vous avez subi un AVC dont la cause est inconnue, votre médecin peut vouloir surveiller votre cœur pour déceler des signes d’arythmie, notamment à l’aide d’un moniteur cardiaque implantable. Il s’agit d’un petit dispositif qui est inséré sous la peau dans le haut de la poitrine pour surveiller de façon continue le cœur et déceler divers troubles, comme la fibrillation auriculaire (FA). La FA est caractérisée par un rythme cardiaque irrégulier et très rapide et constitue un important facteur de risque de l’AVC. Si elle n’est pas prise en charge, les personnes atteintes de ce trouble peuvent souffrir d’AVC récurrents3. Consultez votre fournisseur de soins de santé pour déterminer si cette méthode de surveillance vous convient.


2

Casaubon K, Boulanger J-M, Blacquiere, D et al. Canadian Stroke Best Practice Recommendations: Hyperacute Stroke Care Guidelines, Update 2015. World Stroke Organization. August 2015 vol. 10, 924-940.

3

Lin HJ, Kelly-Hayes M, Beiser AS, et al. Stroke Severity in atrial fibrillation: The Framingham Study. Stroke. October 1996;(27): 1760-1764.