placeholder

Douleur cancéreuse Votre santé

Options de traitement

Options de traitement pour la douleur chronique liée au cancer

La douleur cancéreuse est souvent traitée par médication orale et par des techniques visant à soulager la douleur, comme la relaxation et l'exercice. Ces options causent parfois des effets secondaires et ne soulagent pas la douleur. Si cela est votre cas, votre médecin peut prescrire une thérapie interventionnelle contre la douleur comme une pompe à médicament.

Le choix de votre traitement dépend de vos besoins particuliers : le type et la gravité de la douleur, de même que votre réaction au traitement de la douleur. Les traitements ne s'appliquent pas tous à votre type de douleur. Les traitements comprennent :

Traitements non médicamenteux

Les techniques comme la relaxation, la rétroaction biologique, la visualisation, l'hypnose, l'acupuncture, l'exercice et la psychothérapie aident de nombreuses personnes à prendre moins de médicaments contre la douleur. Votre médecin peut vous aider à entrer en contact avec des professionnels de la santé qui peuvent vous enseigner ces techniques.


Médicaments oraux non opioïdes (pilules)

Le recours à des médicaments constitue souvent la première thérapie utilisée par les médecins pour traiter la douleur chronique. Chaque patient réagira de façon unique à un médicament et votre médecin pourrait essayer différents médicaments et différentes posologies afin de trouver la combinaison la plus efficace. Votre traitement sera établi en fonction du type de douleur, de sa gravité, de même que du soulagement de la douleur en réponse au traitement. Les médicaments oraux non opioïdes comprennent les analgésiques légers comme l'acétaminophène et des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens comme l'ibuprofène.


Les opioïdes

Si les médicaments non opioïdes ne sont pas efficaces pour soulager votre douleur, les opioïdes comme la morphine ou le timbre analgésique sont l'étape suivante. Les opioïdes sont similaires aux substances naturelles (endorphines) produites par l'organisme pour apaiser la douleur.


Administration externe de médicaments

Les pompes à médicament externes administrent des médicaments opioïdes par un tube inséré dans une veine (par intraveineuse) ou dans l'espace épidural de la colonne vertébrale. Les systèmes externes permettent souvent de soulager efficacement la douleur.


Les pompes à médicament (système d'administration de médicaments intrathécal)

Si vos médicaments administrés par voie orale ne soulagent plus la douleur cancéreuse ou causent des effets secondaires désagréables, votre médecin peut opter pour une pompe à médicament.

Généralement, les pompes à médicament sont placées chirurgicalement dans l'abdomen. Elles administrent des médicaments au moyen d'un mince cathéter souple (tube de plastique) vers la région entourant la moelle épinière (appelée « l'espace intrathécal »). Étant donné que les médicaments contre la douleur atteignent directement la région entourant la moelle épinière, la pompe à médicament peut procurer un soulagement considérable en utilisant une petite partie de la médication utilisée dans d'autres traitements. 1-3


Blocs neurolytiques

Les blocs neurolytiques sont des injections faites directement dans certains nerfs pour les détruire ou les empêcher de transmettre des signaux de douleur.


Neuroablation

Par la neuroablation, les médecins détruisent (généralement en utilisant la chaleur) les nerfs qui véhiculent les signaux douloureux jusqu'au cerveau. La neuroablation est souvent le traitement de dernier recours utilisé lorsque les autres traitements ont échoué.


Références

1

Onofrio BM, Yaksh TL. Long-Term Pain Relief Produced by Intrathecal Infusion in 53 Patients. J Neurosurg 1990; 72: 200-209.

2

Lamer TJ. Treatment of Cancer-Related Pain: When Orally Administered Medications Fail.  Mayo Clin Proc 1994; 69:473-480.

3

Portenoy RK. Management of Common Opioid Side Effects During Long-Term Therapy of Cancer Pain. Ann Acad Med 1994; 23:160-170.


L’information sur ce site ne doit pas être utilisée en tant que substitut pour les conseils de votre médecin. Assurez-vous de discuter avec votre médecin à propos des informations sur votre diagnostic et votre traitement.