Maladie de Parkinson

Maladie de Parkinson Votre santé

À propos de cette condition

À propos de la maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson touche environ 100 000 Canadiens1. Si vous êtes l’un d’entre eux, vous savez probablement qu’il n’existe aucune cure à ce trouble neurologique du mouvement.

Définition et symptômes

La maladie de Parkinson est un trouble neurologique du mouvement qui est évolutif, dégénératif et qui touche environ 100 000 Canadiens. Même si la maladie débute généralement après 65 ans, la forme précoce se manifeste chez environ 15 % des personnes qui en souffrent avant qu’ils aient 50 ans2.

À mesure que la maladie de Parkinson progresse, elle devient de plus en plus invalidante, puisqu’elle rend les activités comme se laver ou se vêtir difficiles, voire impossibles. De nombreux symptômes de la maladie de Parkinson impliquent le contrôle moteur, c’est-à-dire la capacité à maîtriser ses muscles et ses mouvements.

Les quatre principaux symptômes de la maladie de Parkinson sont les suivants :

  • Le tremblement (agitation rythmique involontaire d’un membre, de la tête ou du corps au complet) – symptôme le plus connu de la maladie de Parkinson, il commence souvent par le tremblement occasionnel d’un doigt et se propage dans tout le bras à un moment où l’autre. Il est possible que le tremblement affecte une seule partie du corps, particulièrement aux premiers stades de la maladie et qu'il ne touche pas tous les parkinsoniens.
  • La rigidité (raideur ou inflexibilité des membres ou des articulations) – la rigidité des muscles causée par la maladie de Parkinson se manifeste souvent dans les jambes et le cou d’abord, et elle affecte la majorité des parkinsoniens. Les muscles deviennent tendus et contractés, et certains malades ressentent de la douleur ou des raideurs.
  • La bradykinésie, ou akinésie (lenteur des mouvements ou absence de mouvements) est l'un des symptômes typiques de la maladie de Parkinson. Avec le temps, les parkinsoniens peuvent développer une posture voûtée ainsi qu’une démarche lente et traînante. Ils peuvent également perdre la capacité d’amorcer un mouvement et de continuer à bouger. Après un certain nombre d’années, il est possible qu’ils souffrent d’akinésie, ou de « figement », et qu’ils ne puissent plus bouger du tout.
  • L’instabilité posturale (manque d’équilibre et de coordination) – ceux qui en souffrent peuvent avoir une posture voûtée, avec la tête inclinée et les épaules tombantes. Ils peuvent développer une inclinaison vers l’avant ou vers l’arrière, chuter et se blesser. Les personnes qui ont une inclinaison arrière ont une tendance à la rétropulsion ou au recul.

Causes et facteurs de risque

La maladie de Parkinson est causée par la dégénérescence d’une petite partie du cerveau appelée la substance noire. Lorsque les cellules de la substance noire meurent, le cerveau est privé de dopamine, une substance chimique.

La dopamine permet aux cellules du cerveau impliquées dans le contrôle du mouvement de communiquer, et une réduction des taux de dopamine provoque les symptômes de la maladie de Parkinson. Selon la National Parkinson Foundation, 80 % des cellules produisant de la dopamine sont perdues avant même l’apparition des symptômes de la maladie de Parkinson nuisant aux fonctions motrices3.

Souvent, la maladie de Parkinson devient de plus en plus invalidante avec le temps. Si vous souffrez de la maladie de Parkinson, il est possible que vous ayez de la difficulté à effectuer des activités quotidiennes comme vous lever d’une chaise, ou traverser une pièce. À mesure que la maladie progresse, certaines personnes doivent être en fauteuil roulant, d’autres sont alitées.


Références

1

Société Parkinson Canada. Disponible au www.parkinson.ca. 

2

Basic Information About Parkinson’s Disease. Accessible à www.apdaparkinson.org. Consulté le 15 juillet 2008.

3

Parkinson Primer. Accessible à www.parkinson.org. Consulté le 14 juillet 2008.


L’information sur ce site ne doit pas être utilisée en tant que substitut pour les conseils de votre médecin. Assurez-vous de discuter avec votre médecin à propos des informations sur votre diagnostic et votre traitement.