Paralysie cérébrale

Paralysie cérébrale Votre santé

À propos de cette condition

À propos de la paralysie cérébrale

La vie avec une paralysie cérébrale pose des défis physiques de taille. L’un de ces défis est la spasticité grave, qui peut entraver les activités quotidiennes. Heureusement, il existe des traitements qui peuvent minimiser la spasticité grave chez certaines personnes.

Définition

La paralysie cérébrale est un trouble du mouvement et de la posture qui survient à la suite d’une blessure ou d’un défaut de développement du cerveau (lésions cérébrales).


Causes

La paralysie cérébrale peut être causée par une blessure au cerveau survenue au cours de la vie intra-utérine ou à la naissance. La paralysie cérébrale peut également être acquise après la naissance. Dans ce cas, la paralysie cérébrale est habituellement causée par des lésions cérébrales survenues au cours des premiers mois ou des premières années de vie.


Facteurs de risque

Plusieurs facteurs peuvent augmenter les risques d’être atteint de paralysie cérébrale. Toutefois, il est important de savoir que ces facteurs de risque ne provoqueront pas nécessairement la maladie.

Ces facteurs de risque sont habituellement présents :

  • au cours du développement fœtal avant la naissance, au moment de la naissance ou peu de temps après;
  • au cours de la petite enfance.

Les facteurs de risque de la paralysie cérébrale comprennent notamment1 :

  • la naissance prématurée;
  • un poids insuffisant à la naissance;
  • une nutrition intra-utérine insuffisante;
  • le manque de facteurs de croissance au cours de la vie intra-utérine;
  • l’incompatibilité rhésus ou de groupe sanguin ABO entre la mère et l’enfant;
  • une infection à la rubéole ou à d’autres maladies virales contractée par la mère en début de grossesse;
  • une infection bactérienne chez la mère, le fœtus ou le nourrisson qui porte directement ou indirectement atteinte au système nerveux central du nourrisson;
  • un manque d’oxygène prolongé au moment de la naissance ou avant;
  • une grave jaunisse peu de temps après la naissance.

Symptômes

Les signes précurseurs de la paralysie cérébrale apparaissent généralement avant que l’enfant ait atteint ses 18 mois. Les nourrissons atteints de paralysie cérébrale prennent souvent du temps avant de franchir les stades importants du développement, comme apprendre à se retourner, à s’asseoir, à ramper, à sourire ou à marcher. Les parents sont souvent les premiers à se douter que les habiletés motrices de leur enfant ne se développent pas normalement1.

Les symptômes qui accompagnent la paralysie cérébrale peuvent notamment inclure :

  • de la spasticité;
  • des mouvements involontaires;
  • de la difficulté à marcher ou à bouger;
  • de la difficulté à avaler;
  • des troubles de la parole.

La paralysie cérébrale varie de légère à grave. De la faiblesse et un manque de tonus musculaire ou de la spasticité et de la rigidité musculaire font partie des signes physiques de la paralysie cérébrale. Dans certains cas, des troubles neurologiques (tels qu’un retard mental ou des crises épileptiques) peuvent également être observés chez les enfants atteints de paralysie cérébrale2.


Diagnostic

La paralysie cérébrale est habituellement diagnostiquée à un jeune âge. Le médecin examinera vos antécédents médicaux et familiaux, et effectuera un examen clinique. En plus de vérifier la présence des symptômes typiques, le médecin pourrait effectuer des tests spécialisés qui l’aideront à établir le diagnostic. Votre médecin peut vous aider à distinguer une variation normale du développement d’une variation résultant d’un trouble du développement.


À propos de la spasticité causée par la paralysie cérébrale

La spasticité est causée par une lésion ou un traumatisme de la partie du système nerveux central (le cerveau ou la moelle épinière) qui contrôle les mouvements volontaires. Cette lésion perturbe la transmission de signaux importants entre le système nerveux et les muscles, ce qui crée un déséquilibre et augmente l’activité musculaire ou les spasmes.

Une personne atteinte de spasticité peut avoir de la difficulté à effectuer des mouvements, à maintenir une bonne posture et à garder l’équilibre. Il peut également être difficile de bouger certains membres, ou un côté du corps. Parfois, la spasticité est si accentuée qu’elle nuit aux activités quotidiennes, au sommeil et aux soins à dispenser. Dans certaines situations, cette perte de contrôle peut être dangereuse pour la personne.


Références

1

UCP Research and Educational Foundation. Cerebral Palsy Facts and Figures. Accessible à www.ucp.org. Consulté le 11 janvier 2008.

2

Mayo Clinic. Nervous System. Cerebral Palsy. Accessible à www.mayoclinic.com. Consulté le 13 janvier 2008.


L’information sur ce site ne doit pas être utilisée en tant que substitut pour les conseils de votre médecin. Assurez-vous de discuter avec votre médecin à propos des informations sur votre diagnostic et votre traitement.