Stroke

Accident Vasculaire Cérébral Votre santé

À propos de cette pathologie

À propos de l'accident vasculaire cérébral (AVC)

L’Accident Vasculaire Cérébral (AVC), souvent appelé « attaque cérébrale », est provoqué par l’obstruction ou la rupture d’un vaisseau transportant le sang vers ou dans le cerveau. Cet événement entraîne un manque d’apport en oxygène mettant en danger le fonctionnement d’une ou plusieurs zones du cerveau. 

Définition

Il existent deux types d’AVC :

  • L’AVC dit de type hémorragique provoqué par la rupture d’une artère représente 20% des cas recensés.
  • L’AVC dit de type ischémique (ou « infarctus cérébral ») est la forme la plus fréquente, elle représente 80 % des cas recensés. L’AVC ischémique se caractérise par la présence d’un caillot de sang qui bloque l’artère et empêche une bonne irrigation du cerveau. 

Provoquant une interruption brutale de la circulation sanguine dans le cerveau, l’AVC ischémique peut être la conséquence :

  • d’une thrombose : un caillot de sang formé dans l’artère du cerveau 
  • ou d’une embolie : un caillot de sang formé dans une zone du corps véhiculé par le sang jusqu’au cerveau.

L’AVC est une urgence médicale absolue. Une partie du cerveau est privée de sang et l’apport en oxygène ainsi qu’en éléments nutritifs est insuffisant. Cela entraîne la mort de cellules cérébrales. En 1 minute, 1,9 million de neurones sont détruits.

L’AVC est un véritable enjeu de santé publique : il s’agit de la première cause de handicap acquis chez l’adulte. En effet, si environ la moitié des victimes d’un AVC ischémique récupère de manière significative, des handicaps majeurs - jusqu'à une perte totale d'autonomie -  peuvent se produire.

L’AVC représente la 3ème cause de mortalité pour les hommes et la 2ème pour les femmes après l’infarctus du myocarde et le cancer1.


Causes et facteurs de risque

L’AVC ischémique peut avoir de nombreuses causes notamment l’hérédité et le vieillissement. Les facteurs majeurs de risque sont les suivants2

  • L’hypertension artérielle
  • Le tabagisme
  • L’obésité abdominale
  • Le type d’alimentation et l’activité physique
  • La consommation d’alcool
  • Le stress et la dépression
  • La fibrillation atriale

Il est possible d’agir sur ces facteurs en consultant votre médecin et en suivant ses conseils.


Symptômes

Les signes annonçant la survenue d’un AVC sont nombreux et variés1,3. Ils dépendent notamment de la localisation exacte de la lésion.

Cependant, certains d’entre eux sont plus fréquents et doivent alerter : 

  • Visage paralysé : demandez à la personne de sourire.
  •  Inertie d’un membre : demandez-lui de lever les 2 bras.
  • Trouble de la parole : demandez-lui de répéter une phrase simple.

En présence de ces symptômes, en urgence, il faut appeler le 15 et signaler une suspicion d’AVC afin que la personne soit  prise en charge le plus rapidement possible dans une filière spécifique à l’AVC. 

Il peut arriver que ces symptômes régressent rapidement jusqu’à un retour à un état normal au bout de quelques secondes ou minutes lorsque l’obstruction des artères se résorbe toute seule. On parle alors d’accident ischémique transitoire (AIT).  Le risque d’AVC est très élevé après un AIT, il est nécessaire de consulter un professionnel de santé en urgence.

Tous les âges sont concernés par l’AVC y compris l’enfance. Un quart des AVC concernerait des personnes de moins de 65 ans.4


Les informations présentées sur ce site web ne le sont qu'à titre purement informatif. Elles ne sauraient remplacer vos relations avec un professionnel de santé.