PENSER GRAND EN PENSANT TRÈS PETIT

Penser grand signifie parfois penser très, très petit.

Il y a presque dix ans, Medtronic s’est fixé pour objectif de révolutionner dles dispositifs médicaux, en réduisant leur taille jusqu’à 90 %.


Paul Gerrish, Director of Technology sur le site de Medtronic à Tempe (États-Unis)

Paul Gerrish, Director of Technology sur le site de Medtronic à Tempe (États-Unis)

« Nous ne voulions pas les rendre plus petits uniquement dans le simple but de réduire leur taille. Nous voulions les rendre plus petits et plus faciles à implanter par le biais d’interventions moins intrusives, tout en offrant le même ou un meilleur traitement pour les patients », déclare Paul Gerrish, Director of Technology sur le site de Medtronic à Tempe (États-Unis), où une grande partie du travail de miniaturisation a eu lieu.

« Les gens disaient que nous défions les lois de la physique », se rappelle encore Mark Phelps. Mark est Senior Program Director et un leader important de l’équipe de miniaturisation. « Ils disaient que c’était impossible. »

Mais cette crainte s’est révélée infondée.


la microélectronique pour implants miniatures

En collaboration avec des experts en microélectronique de l’Arizona, des concepteurs, des ingénieurs et des experts médicaux du Minnesota et d’ailleurs ont découvert qu’ils pouvaient réinventer des dispositifs médicaux dans un format ne faisant qu’une fraction du projet précédent. Pour ce faire, ils ont utilisé la même technologie qui a permis de compresser les ordinateurs et de les faire tenir dans la paume de la main.

« Nous l’avons fait. Nous avons réussi », déclare Gerrish. « La principale question était la quantité d’électricité utilisée par l’électronique et le format de batterie dont nous avions besoin. »

Grâce à la microélectronique, les dispositifs médicaux utilisent maintenant extrêmement peu d’énergie. Même allumés, ils consomment moins de batterie qu’un smartphone éteint, ce qui nous a permis de les rendre nettement plus petits.


Bill Thompson

Bill Thompson

« Ces dispositifs sont aussi performants que nos systèmes de plus grande taille », déclare Charles Gordon, Senior Design Manager. « Et à certains égards, ils sont même plus intelligents dans certains domaines. »

Les premiers de ces dispositifs miniatures ont déjà été implantés chez des patients.

Après avoir survécu à un AVC, Bill Thompson porte à présent un très petit moniteur cardiaque implanté.

Bill avait besoin d’un moniteur cardiaque pour aider à déterminer si des troubles cardiaques avaient été à l’origine de son AVC. Les technologies externes traditionnelles ne permettaient en effet de surveiller son cœur que quelques jours ou semaines. De plus, les moniteurs cardiaques implantables existants étaient sensiblement plus grands que la version miniature. Cette dernière fait à peine le tiers de la taille d’une pile AAA. Le moniteur cardiaque miniature surveille le cœur de Bill 24 heures sur 24, sept jours sur sept et pendant au maximum trois ans au moyen d’une batterie qui ne pourrait éclairer une ampoule que durant trois minutes. « Je pense qu’il s’agit d’un grand pas en avant », déclare Dr Gary Boliek, cardiologue à Lexington Health Systems, Kentucky. « Bon nombre de patients souffrant d’arythmie auriculaire (en particulier de fibrillation auriculaire et de flutter auriculaire) ne seront pas diagnostiqués, à moins que ce moniteur à long terme soit implanté », déclare-t-il.


« C’est la première fois que l’on peut administrer un traitement médical entièrement personnalisé », déclare Phelps. « On en parle déjà depuis des dizaines d’années, mais nous n’avions pas encore les moyens d’obtenir ces données en temps réel. »

Il peut également s’agir d’afficher ces données en temps réel sur un écran de smartphone, afin d’aider les patients à surveiller en permanence leur état de santé.

Les ingénieurs de Medtronic pensent qu’il est possible de réduire encore davantage la taille des dispositifs, de les rendre peut-être dix fois plus petits que les dispositifs miniatures actuels. En fin de compte, ils l’ont déjà fait une fois auparavant.

« C’est un moment excitant », déclare Gerrish. « En tant qu’ingénieur, c’est pour moi captivant d’assister aux avancées technologiques. La possibilité d’avoir une impact positif sur la santé des gens n’a encore jamais été aussi grande. »

Il s’avère donc qu’en pensant petit peut, on peut atteindre de très grandes choses.