Maladie artérielle périphérique (MAP)

Options de traitement de la maladie artérielle périphérique

Maladie artérielle périphérique (MAP)

Dans le cadre de la prise en charge de la maladie artérielle périphérique (MAP), l’objectif principal est d’améliorer la circulation sanguine dans les artères. Les changements dans le mode de vie et les médicaments peuvent être d’un grand secours. Par contre, si ces options ne suffisent pas pour soulager la douleur et les symptômes, la pose d’une endoprothèse et les interventions chirurgicales pourraient être la solution.

Votre médecin vous recommandera un plan de traitement en fonction de vos symptômes, des résultats de vos examens, de vos antécédents médicaux et des risques potentiels.

Changements dans le mode de vie et médicaments

En apportant des changements à votre mode de vie et en prenant des médicaments, vous pourriez éviter l’intervention chirurgicale ou d’autres interventions qui impliquent des risques supplémentaires pour la santé et des coûts élevés. Il est possible que ces méthodes utilisées seules soient insuffisantes pour débloquer vos artères et maîtriser votre MAP, mais votre médecin vous recommandera probablement des mesures importantes à prendre.

  • Changements au mode de vie – La MAP est fréquente chez les fumeurs et les diabétiques. Si vous fumez, il est important d’arrêter. Si vous souffrez de diabète, prenez les mesures nécessaires pour réduire votre glycémie. Il est également important pour les personnes atteintes du diabète ou de la MAP de surveiller leurs pieds et de les protéger des blessures. Chez les personnes atteintes de ces maladies, il arrive souvent que le rétrécissement des artères réduise la circulation sanguine dans les jambes et les pieds, ce qui empêche les blessures de bien guérir. Un régime alimentaire sain et l’exercice physique sont d’autres habitudes de vie qui contribuent à maîtriser la MAP.
  • Médicaments – En plus des changements recommandés du mode de vie, votre médecin pourrait vous prescrire des médicaments (pilules) pour ralentir la progression de la maladie ou pour atténuer certains symptômes. Certains médicaments peuvent être utilisés pour contrôler le taux de cholestérol, la glycémie ou la tension artérielle, alors que d’autres peuvent prévenir la formation de caillots dans les vaisseaux sanguins rétrécis. Il est à noter que certains médicaments peuvent causer des effets secondaires que vous n’arriverez peut-être pas à contrôler, en plus de comporter des risques pour la santé.

Angioplastie par ballonnet à élution médicamenteuse

Sur le plan interventionnel, l’angioplastie par ballonnet à élution médicamenteuse est semblable à l’angioplastie par ballonnet classique, sauf que le ballonnet est enduit d’une couche de médicaments antiprolifératifs et d’un excipient qui facilite leur absorption, ce qui peut aider à prévenir la resténose. La resténose est un rétrécissement du vaisseau sanguin qui survient de nouveau à un endroit qui avait déjà été traité. L’utilisation d’un ballonnet à élution médicamenteuse a le potentiel d’empêcher la division cellulaire, de limiter le nombre de resténose ou la réapparition d’un blocage après un traitement.

L’angioplastie par ballonnet à élution médicamenteuse est réalisée dans un laboratoire de cathétérisme. Le médecin injecte une teinture spéciale dans la circulation sanguine par un tube long et mince qu'on appelle cathéter. La teinture permet au médecin de visualiser les artères sur un écran montrant les rayons X. Un dispositif dont l’extrémité est dotée d’un petit ballonnet est alors inséré dans une artère de la jambe et dirigé par les vaisseaux jusqu’à la région rétrécie. Le ballonnet est alors gonflé, afin de coller la plaque contre la paroi artérielle, d’ouvrir l’artère et de rétablir la circulation sanguine. Le ballonnet est par la suite dégonflé et retiré. Une fois ces étapes réalisées, un nouveau ballonnet, enduit de médicaments antiprolifératifs, est inséré dans la même artère et dirigé jusqu’à la région rétrécie ayant déjà été traitée. Le ballonnet est alors gonflé, afin que les médicaments à la surface du ballonnet soient absorbés par la paroi artérielle et les tissus environnants. Après une période déterminée, votre médecin dégonflera le ballonnet avant de le retirer. Il évaluera ensuite si un autre traitement est nécessaire afin de maintenir une circulation sanguine adéquate dans la région traitée.

Bienfaits :

  • L'innocuité et l’efficacité sont supérieures à celles de l’angioplastie par ballonnet classique.
  • Il est possible de diminuer le rétrécissement de l’artère, et ainsi d’augmenter la circulation sanguine.
  • Les complications majeures sont rares.
  • Vous serez probablement en mesure de reprendre vos activités normales peu de temps après l’intervention.
  • L’intervention est normalement réalisée sous anesthésie locale, qui engendre moins de risques que l’anesthésie générale («se faire endormir»).

Risques :

  • L’emplacement de l’insertion peut saigner ou s’infecter.
  • Le blocage artériel pourrait survenir de nouveau (resténose).
  • L’artère pourrait se déchirer (dissection de l’artère).
  • Il pourrait se former un trou dans l’artère (perforation de l’artère).

Angioplastie par ballonnet

L’angioplastie par ballonnet est réalisée dans un laboratoire de cathétérisme. Le médecin injecte une teinture spéciale dans la circulation sanguine par un tube court et mince qu'on appelle cathéter. La teinture permet au médecin de visualiser les artères sur un écran montrant les rayons X. Un dispositif dont l’extrémité est dotée d’un petit ballonnet est alors inséré dans une artère de la jambe ou du bras et dirigé par les vaisseaux jusqu’à la région rétrécie. Le ballonnet est alors gonflé, afin de coller la plaque contre la paroi artérielle, d’ouvrir l’artère et de rétablir la circulation sanguine. Le ballonnet est par la suite dégonflé et retiré.

Dans une angioplastie par ballonnet, un ballonnet spécial est
inséré temporairement dans l’artère rétrécie par la
formation de plaque, puis gonflé légèrement afin d'aplatir la
plaque contre la paroi artérielle, d’ouvrir
l’artère et de rétablir la circulation sanguine.

En apprendre davantage : Risques et bienfaits

Thérapie par endoprothèse

Votre médecin pourrait vous recommander la pose d’une endoprothèse afin de rouvrir une artère bloquée. Une endoprothèse est un petit tube extensible s’apparentant à un treillis, qui soutient l’artère et aide à la maintenir ouverte.

L’implantation d’une endoprothèse ne nécessite pas de chirurgie effractive. Le médecin insère un cathéter dans une artère du bras ou de la jambe, comme dans l’angioplastie par ballonnet. Un cathéter spécialement conçu transporte l’endoprothèse jusqu’à la zone rétrécie de l’artère. L’endoprothèse est déployée, repoussant la plaque contre la paroi artérielle et maintenant l’artère ouverte avec un tube s’apparentant à un treillis. Le cathéter utilisé pour transporter l’endoprothèse est par la suite retiré, mais l’endoprothèse reste dans l’artère afin de maintenir une circulation sanguine saine.

Une endoprothèse est un petit tube extensible
s’apparentant à un treillis, qui soutient l’artère et augmente ainsi le débit sanguin.

En apprendre davantage : Risques et bienfaits

Chirurgie effractive

Plusieurs autres types d’opérations sanglantes peuvent être utilisées pour traiter la MAP. L’endartériectomie et le pontage sont deux des interventions chirurgicales les plus courantes.

Endartériectomie

Une endartériectomie est une intervention dans laquelle on retire la plaque directement depuis l’intérieur de la paroi artérielle. C’est le traitement privilégié lorsque la MAP est grave.

Au cours de cette intervention, un médecin fait une petite incision (coupure) le long de l’artère rétrécie ou bloquée, et retire la plaque. Dans certains cas, la partie bloquée du vaisseau sanguin est également retirée. Une fois que la plaque est retirée, l’artère est refermée par des points de suture ou par la greffe d’une pièce prélevée de votre propre veine ou en matériau synthétique. La circulation sanguine dans l’artère est ensuite rétablie et l’incision externe est refermée. En général, les patients restent à l’hôpital pendant un ou deux jours et poursuivent leur rétablissement à domicile.

Bienfaits :

  • L’endartériectomie est efficace pour rétablir la circulation sanguine et soulager les symptômes de la MAP.
  • L’effet du traitement dure en général de nombreuses années.

Risques :

  • Le blocage artériel pourrait survenir de nouveau (resténose).
  • Il est possible que la peau soit engourdie ou enflée autour de l’incision.
  • L’intervention doit être réalisée sous sédation consciente ou sous anesthésie générale, ce qui augmente les risques pour la santé.
  • Des complications comme un AVC, une infection et une thrombose veineuse profonde sont possibles.

Pontage

Il est possible que votre médecin choisisse le pontage dans des cas graves de la MAP, où les blocages sont très longs ou très durs (calcifiés). Dans cette intervention, on utilise un greffon, c’est-à-dire un vaisseau sanguin en santé provenant d’une autre partie du corps ou un tube en tissu synthétique, pour rediriger la circulation sanguine autour d’une artère bloquée, en créant un nouveau chemin permanent où le sang peut circuler.

Cette intervention se fait dans un hôpital, sous anesthésie générale. Le médecin réalise une petite ouverture dans l’artère atteinte, près du blocage. Le greffon est ensuite fixé (greffé) en amont et en aval du blocage, ce qui crée un nouveau passage pour le sang (pontage) autour de l’artère bloquée. Pendant cette intervention, il est possible que le médecin fasse une angiographie ou une échographie pour vérifier que le pontage ne présente aucun problème et pour s’assurer qu’il fonctionne correctement. En général, les patients passent plusieurs nuits à l’hôpital et poursuivent ensuite leur rétablissement à domicile, pendant deux à trois mois.

Pontage

Bienfaits :

  • L’intervention chirurgicale est efficace pour rétablir la circulation sanguine et soulager les symptômes de la MAP.
  • L’effet du traitement dure en général de nombreuses années.

Risques :

  • L’intervention doit être réalisée sous anesthésie générale (vous êtes inconscient pendant l’opération), ce qui augmente les risques pour la santé.
  • Le vaisseau sanguin atteint peut être endommagé.
  • Le temps de récupération peut être long.
  • L’infection est possible.

UC201503768a EN

    


L’information sur ce site ne doit pas être utilisée en tant que substitut pour les conseils de votre médecin. Assurez-vous de discuter avec votre médecin à propos des informations sur votre diagnostic et votre traitement