Personnes qui pêchent

À propos de la maladie artérielle périphérique

Maladie artérielle périphérique (MAP)

La maladie artérielle périphérique (MAP) est une affection très répandue qui touche des millions de personnes dans le monde. D’après les estimations, il y aurait actuellement plus de 800 000 personnes atteintes de MAP au Canada, mais le niveau de sensibilisation demeure très faible1. En raison de ce faible niveau de sensibilisation, de nombreuses personnes souffrent de la MAP sans recevoir de diagnostic ni de traitement.

Définition

La maladie artérielle périphérique, également désignée par son acronyme « MAP », se manifeste par le rétrécissement ou le blocage des artères dans diverses zones critiques de l’organisme.

Cause

La MAP survient lorsqu’il y a accumulation d’une substance lipidique, nommée plaque, dans les artères. Un autre nom donné à cette maladie est athérosclérose, ou durcissement des artères.

Les dépôts de plaque (aussi appelés calcifications) peuvent provoquer le durcissement (la calcification) des artères, leur rétrécissement ou leur blocage, limitant ainsi l’apport en sang oxygéné dans l’organisme. Ce phénomène peut provoquer divers problèmes de santé, qui varient en fonction des artères obstruées.

MAP – comparaison entre deux artères


Comparaison entre une artère saine (en haut)
et une artère présentant une accumulation de plaque (en bas).

Symptômes

MAP des membres inférieurs

La MAP des membres inférieurs touche les artères qui approvisionnent les muscles des jambes en sang. Trois des artères les plus fréquemment obstruées sont les artères iliaques, l’artère fémorale superficielle (également désignée par son acronyme « AFS ») et les artères infrapoplitées, qui sont situées sous le genou.

Lorsque les artères principales des jambes sont obstruées par la plaque, de plus petites artères, nommées « branches collatérales », prennent le relais et deviennent la voie principale par laquelle le sang est acheminé vers les muscles des jambes. Au repos, ces petites artères peuvent fournir aux muscles un apport suffisant en sang, mais ne sont pas assez efficaces lorsque la personne atteinte est physiquement active et que les muscles de ses jambes ont besoin de plus de sang et d’oxygène.

Les personnes souffrant de MAP des membres inférieurs ressentent souvent de la douleur ou de l’inconfort en marchant ou en réalisant leurs tâches quotidiennes. Il leur est souvent difficile de faire de l’activité physique en raison de la diminution de l’apport en sang vers les jambes, ce qui entraîne habituellement une aggravation de leurs symptômes avec le temps, à moins qu’elles ne subissent un traitement.

MAP – artères des membres inférieurs touchés par la MAP


Artères des membres inférieurs touchés par la MAP

Ces symptômes incluent notamment :

  • de la douleur ou de la fatigue dans les membres inférieurs;
  • de la douleur aux fesses;
  • une sensation de brûlure ou des picotements dans les pieds;
  • la présence d’ulcères ou de plaies sur la peau des jambes et des pieds;
  • la perte des poils sur les pieds ou les orteils;
  • de la douleur aux pieds ou aux orteils au repos;
  • des changements dans la couleur de la peau (peau rougeâtre ou bleuâtre, ou pâleur);
  • une diminution de la température de la peau;
  • l’impuissance (l’impossibilité d’obtenir ou de maintenir une érection).

Facteurs de risque

Des millions de personnes dans le monde souffrent ou sont susceptibles de souffrir de la MAP. Parmi elles, nombreuses sont celles qui ne recevront jamais de diagnostic ou de traitement.

Bien qu’il soit normal d’observer un certain durcissement des artères ou une certaine accumulation de plaque avec l’avancement en âge, certains facteurs de risque, y compris le comportement, les troubles médicaux ou les habitudes, peuvent entraîner le développement précoce d’une MAP. Plus vous présentez de facteurs de risque, plus vous risquez de souffrir de la MAP.

Font partie des facteurs de risque :

  • l’âge (avoir 50 ans et plus);
  • le tabagisme;
  • le diabète;
  • des antécédents familiaux de maladies cardiovasculaires;
  • l’hypertension artérielle;
  • un taux de cholestérol et de triglycérides élevé dans le sang;
  • le manque d’exercice ou d’activité physique;
  • l’obésité (ou surpoids);
  • le stress.

Si les facteurs de risque comme l'âge et les antécédents familiaux ne peuvent être contrôlés, il est toutefois possible de contrôler ou gérer certains facteurs de risque de la MAP. Comptent parmi ceux-ci le tabagisme, le diabète, l’hypertension artérielle, l’hypercholestérolémie, l’obésité et la sédentarité. Votre médecin peut vous aider à faire de meilleurs choix en ce qui a trait à votre alimentation, au tabagisme, au niveau d’activité physique et à la gestion du stress.

Si vous êtes à risque de développer la MAP, il est important de discuter avec votre médecin des façons d'atténuer vos facteurs de risque. En plus de souffrir d’athérosclérose (durcissement des artères), les personnes atteintes de la MAP courent également un risque élevé de crise cardiaque ou d'accident vasculaire cérébral.

Diagnostic

Lorsqu’il établit le diagnostic, votre médecin analyse vos antécédents médicaux et familiaux, vos facteurs de risque et vos symptômes. S’il suspecte une MAP, il peut vous soumettre à une série de tests et d’examens avant de décider du plan de traitement. Ces tests sont conçus pour évaluer la qualité de la circulation sanguine dans vos artères et déterminer les zones problématiques.

Vous pourriez notamment subir les tests ou examens suivants :

  • Un indice de pression systolique (IPS) : sert à diagnostiquer la MAP dans les membres inférieurs (jambes). L’IPS correspond au rapport entre la tension artérielle mesurée à la cheville et celle mesurée au bras. Un brassard de tensiomètre ainsi qu’un appareil à ultrasons spécial sont utilisés pour réaliser ce test.
  • Une épreuve d’effort : consiste à marcher sur un tapis roulant pendant un certain temps, habituellement environ cinq minutes, ou jusqu’à ce que vous deviez vous arrêter en raison de la fatigue ou de l’inconfort dans les jambes.
  • Un examen par ultrasons : utilise des ondes sonores à haute fréquence afin de créer une image qui peut aider votre médecin à évaluer la circulation sanguine et le rétrécissement, ou les blocages, dans les vaisseaux sanguins.
  • Un examen d’imagerie par résonance magnétique (IRM) : utilise des champs magnétiques et des ondes radio afin de créer une image qui montre les blocages dans les artères.
  • Une angiographie : utilise une technologie d’imagerie médicale nommée radioscopie, qui emploie des rayons X et une substance de contraste afin de « filmer » la circulation sanguine dans les artères. Ces images peuvent montrer l’emplacement exact de tout rétrécissement des vaisseaux sanguins. Ce test est réalisé en laboratoire de cathétérisme.
  • Une tomodensitométrie (TDM) : utilise des appareils à rayon X spécialisés afin de créer des images détaillées des artères et de repérer les blocages.

UC201503768a EN


Information on this site should not be used as a substitute for talking with your doctor. Always talk with your doctor about diagnosis and treatment information.


Références

1

Lovell, M., Harris, K., Forbes, T., Twillman, G., Abramson, B., Criqui, M. H., … Hirsch, A. T. (2009). Peripheral Arterial Disease: Lack of awareness in Canada. The Canadian Journal of Cardiology. 2009; 25(1), 39-45.