QU’EST-CE QUE LE RGO?

Le reflux gastro-œsophagien pathologique (RGO) est une maladie digestive caractérisée par le reflux acide chronique.

REFLUX GASTRO-ŒSOPHAGIEN PATHOLOGIQUE

Le RGO est une maladie digestive caractérisée par un reflux acide chronique qui se produit lorsque l’acide gastrique remonte dans l’œsophage.

Le RGO est une maladie courante qui touche 44 % des adultes chaque mois et près de 18 % des adultes chaque semaine aux États-Unis. Les personnes de tout âge peuvent être touchées par le RGO, même les enfants2, 3.

Un homme assis dans la cuisine grimace en se tenant la poitrine.

SYMPTÔMES DU RGO

En général, cette maladie est facilement traitable, mais bon nombre de personnes ne savent pas qu’elles en souffrent, car ses symptômes sont associés à plusieurs autres troubles de la santé.

Les symptômes courants du RGO comprennent les suivants4, 5 :

  • Brûlures d’estomac chroniques
  • Régurgitation
  • Inconfort ou douleur à la poitrine
  • Toux chronique, douleur à la gorge ou enrouement
  • Perturbations du sommeil et symptômes nocturnes
  • Éructations, gaz et ballonnements
  • Nausées
  • Intolérance à certains aliments
  • Goût acide dans le fond de la bouche

Il est normal de ressentir des symptômes de reflux de temps en temps, surtout après un repas copieux. Le reflux acide est considéré comme un RGO si les symptômes se manifestent au moins deux fois par semaine ou si des symptômes modérés à graves se manifestent une fois par semaine. Pour vous assurer qu’il s’agit de symptômes de RGO, consultez un gastroentérologue. Le gastroentérologue peut effectuer des tests de diagnostic. La pH-métrie est le moyen le plus précis de déterminer si vous souffrez de RGO.

Lorsque l’établissement du diagnostic et le traitement sont retardés, le RGO chronique peut augmenter le risque de complications graves, comme l’œsophage de Barrett et le cancer de l’œsophage. Jusqu'à 15 % des Canadiens adultes atteints de RGO pourraient développer l’œsophage de Barrett7.

Graphique montrant que jusqu’à 26,5 % des patients atteints de RGO développeront éventuellement l’œsophage de Barrett.

SUIVI DE VOS SYMPTÔMES

Suivi des symptômes liés au reflux gastro-œsophagien pathologique (.pdf)
Si vous souffrez de brûlures d’estomac chroniques, de reflux acide ou de symptômes semblables, vous êtes peut-être atteint de RGO. Utilisez cette ressource pour faire le suivi de vos symptômes. Discutez des résultats avec un gastroentérologue pour que vous puissiez faire ensemble les premiers pas vers le traitement.

CAUSES DES REFLUX ACIDES

Il existe plusieurs causes possibles des reflux acides. Cependant, ils résultent le plus souvent d’un dysfonctionnement du sphincter œsophagien inférieur, la valve entre l’œsophage et l’estomac8. Le sphincter œsophagien inférieur est conçu pour s’ouvrir uniquement lorsque vous avalez, ce qui permet aux aliments de passer dans votre estomac. Le sphincter se ferme hermétiquement le reste du temps pour enfermer le contenu de l’estomac. Les reflux acides se produisent lorsque le sphincter est affaibli ou qu’il ne se ferme pas correctement, laissant l’acide gastrique remonter dans l’œsophage. 

COMPARAISON D’UN ESTOMAC SAIN AVEC UN ESTOMAC TOUCHÉ PAR LE RGO

Illustration d’un estomac sain comparé à un estomac touché par le RGO.
  1. Œsophage
  2. Sphincter œsophagien inférieur sain fermé qui enferme la nourriture et l’acide dans l’estomac 
  3. Estomac
  4. Sphincter œsophagien inférieur affaibli laissant l’acide gastrique remonter dans l’œsophage

Ingérer un repas copieux peut provoquer l’étirement de l’estomac et affaiblir temporairement le sphincter œsophagien inférieur. Voici d’autres facteurs qui peuvent affaiblir le sphincter œsophagien inférieur9 :

  • Obésité
  • Stress
  • Consommation d’aliments particuliers, comme les aliments gazéifiés, les aliments épicés et le chocolat
  • Hernie hiatale

Si vous constatez que vos reflux acides surviennent uniquement après que vous ayez ingéré un repas copieux ou certains aliments, commencez par modifier vos habitudes alimentaires. Éliminez les aliments déclencheurs de votre alimentation, prenez de plus petites portions et ne vous allongez pas pendant les deux heures suivant un repas. Prenez rendez-vous avec votre médecin si vos symptômes ne diminuent pas.

Information and resources on this site should not be used as a substitute for medical advice from your doctor. Always discuss diagnosis and treatment information including risks with your doctor. Keep in mind that all treatment and outcome results are specific to the individual patient. Results may vary.

1

N. Shaheen et D. F. Ransohoff, « Gastroesophageal reflux, Barrett’s esophagus and esophageal cancer », The Journal of the American Medical Association, vol. 287 (2002), p. 1972‑1981.

2

E. Okimoto, N. Ishimura, Y. Morito et coll., « Prevalence of gastroesophageal reflux disease in children, adults, and elderly in the same community », Journal of Gastroenterology and Hepatology, vol. 30, nᵒ 7 (2015), p. 1140‑1146. DOI : 10.1111/jgh.12899.  – Limité au Japon

3

M. W. Carroll et K. Jacobson, « Gastroesophageal reflux disease in children and adolescents: when and how to treat », Paediatric Drugs, vol. 14, nᵒ 2 (2012), p. 79‑89.

4

« GERD Symptoms: Typical and Atypical ». Tiré de http://www.gerdhelp.com/about-gerd/symptoms/. Consulté le 4 janvier 2017.

5

« What are the symptoms of GER and GERD? ». Tiré de https://www.niddk.nih.gov/health-information/digestive-diseases/acid-reflux-ger-gerd-adults/symptoms-causes. Consulté le 4 janvier 2017.

6

Dymedex Market Development Consulting. Strategic Market Assessment, GERD, 30 octobre 2014. Références 1 à 3, 6 à 15, 22, 23, 25 et 34 de la liste complète des références, accessible à http://www.medtronic.com/giclaims.

7

American Society for Gastrointestinal Endoscopy, https://www.asge.org/home/for-patients/patient-information/understanding-gerd-barrett-39-s

8

P. J. Kahrilas, « Clinical management: Refractory heartburn », Gastroenterology, vol. 124 (2003), p. 1941‑1945.

9

M. Vaezi, A. Zehrai et E. Yuksel, « Testing for refractory gastroesophageal reflux disease », ASGE Leading Edge, vol. 2, nᵒ 2 (2012), p. 1‑13, American Society Gastroenterology Endoscopy, p. 1.