Accident vasculaire cérébral

La spasticité causée par un AVC Votre santé

À propos de cette condition

À propos de l’AVC

Parmi tous les troubles neurologiques, l’AVC est la cause la plus fréquente d’invalidité chez les adultes1. Si vous avez fait un AVC ou un membre de votre famille en a subi un, vous savez qu’il peut causer de la spasticité grave.

Définition

Un AVC se produit lorsqu’un caillot bloque un vaisseau sanguin, plus précisément une artère. Il peut également survenir à la suite de la rupture d’un vaisseau sanguin, ce qui interrompt la circulation sanguine dans une partie du cerveau. Un AVC détruit les cellules du cerveau qui se trouvent dans cette partie.

Si des cellules du cerveau meurent lors d’un AVC, les capacités contrôlées par cette partie du cerveau sont perdues. Ces capacités peuvent comprendre la parole, le mouvement et la mémoire. Le degré auquel un AVC vous affecte dépend de l’endroit où l’AVC se produit dans le cerveau et de la grosseur de la partie du cerveau qui est endommagée2.


Causes

L’accident ischémique cérébral est la forme d’AVC la plus courante. Il est causé par un caillot de sang qui bloque ou obstrue un vaisseau sanguin du cerveau. Un AVC hémorragique est causé par la rupture d’un vaisseau sanguin qui saigne dans le cerveau. Un « mini-AVC » ou « accident ischémique transitoire (AIT) » survient lorsque l’approvisionnement du cerveau en sang est interrompu brièvement3.






Références

1

Brain Australia. Stroke. Disponible au www.brainaustralia.org.au/stroke. Consulté le 8 octobre 2008.

2

National Stroke Association. What is Stroke. Accessible à www.stroke.org. Consulté le 2008-04-04.

3

Medline Plus. Stroke. Disponible au www.nlm.nih.gov. Consulté le 2008-04-04.

4

National Institute of Neurological Disorders and Stroke. Risk Factors for a Stroke. Disponible au www.ninds.nih.gov. Consulté le 2008-04-04.

5

Mayo Clinic. Stroke. Disponible au www.mayoclinic.org. Consulté le 2008-04-04.


L’information sur ce site ne doit pas être utilisée en tant que substitut pour les conseils de votre médecin. Assurez-vous de discuter avec votre médecin à propos des informations sur votre diagnostic et votre traitement.