ATELIER DE MAÎTRE EN APPROVISIONNEMENT INNOVATEUR - (00:00)

Gary Ryan explique comment l'approvisionnement innovateur pourrait aider à améliorer les résulats des patients.

Southlake

ATELIER DE MAÎTRE SUR L'APPROVISIONNEMENT INNOVATEUR

"Si vous êtes un patient qui est réadmis pour le même problème de santé que lors de votre première admission, vous verriez cela comme étant une lacune du système de santé."

- Gary Ryan, directeur des innovations, Centre de santé régional Southlake, Newmarket ON

G.R: Comme chef de l’innovation du Centre de santé régional Southlake, mon rôle principal est de faire en sorte que Southlake ait accès à des technologies qui sont commercialisées et mises à l’essai dans un contexte hospitalier réel.

Qu’est-ce que cela signifie?

G.R: Cela signifie que nous avons la possibilité d’être les premiers à faire l’essai d’innovations emballantes auxquelles nous n’aurions pas eu accès autrement.

En quoi consiste l’approvisionnement innovateur?R [00:02:03] L’approvisionnement innovateur est une méthode où nous tentons d’être un peu plus ouverts à l’innovation dans le marché. Le prix le plus bas n’est pas le seul déterminant de la valeur. L’approvisionnement innovateur tente d’apporter à la table des facteurs autres que le prix.

En quoi cette méthode diffère-t-elle de l’approvisionnement traditionnel?

G.R: Bien souvent, la différence entre l’approvisionnement traditionnel et innovateur est que, dans le cas de l’approvisionnement traditionnel, on indiquerait précisément avoir besoin d’un crayon jaune de 8 cm. Les seules solutions qu’on obtiendrait sont des crayons jaunes de 8 cm, et le prix serait le principal facteur dans la décision d’achat. Dans le cas de l’approvisionnement innovateur, on indiquerait avoir besoin de quelque chose servant à documenter de l’information et on obtiendrait des propositions de crayon, d’ordinateur ou bien de quelque chose d’autre comme solution qui s’avérerait plus avantageuse qu’un simple crayon.

Le prix est-il un facteur?

G.R:  Dans le cas de l’approvisionnement innovateur, très souvent les gens croient que la décision ne tient pas compte du coût, mais il s’agit de l’un des facteurs pris en considération. On tient donc compte du co     t, ainsi que du potentiel innovateur. Ici, c’est la valeur qui est l’élément différenciateur clé.

Que veut-on dire par valeur dans ce contexte?

G.R: La valeur correspond à une variété d’objectifs que vous recherchez. Par exemple, la satisfaction du patient ou le résultat pour le patient. Bien sûr, le coût fait également partie de la valeur, peut-être même le flux du travail. Tout dépend des résultats recherchés.

Quel serait un exemple de résultats dans le contexte de l’approvisionnement innovateur?

G.R: Le taux de réadmission pourrait être un exemple d’un résultat pour le patient. Les patients, l’hôpital ainsi que les fournisseurs sont tous à la recherche de produits qui réduisent le taux de réadmission. Ainsi, dans ce cas-ci, plutôt que de simplement fournir une garantie sur le produit, par exemple l’absence de défaillance du stimulateur cardiaque, un fournisseur pourrait indiquer qu’il garantit un taux de réadmission inférieur à 5 % et nous travaillerions tous à atteindre cet objectif.

Quel est le rôle du clinicien?

G.R: Le rôle du clinicien dans l’approvisionnement innovateur est de participer dès le début du processus afin qu’il puisse avoir une influence sur les types de choix qu’il peut faire pour ses propres patients.

Existe-t-il des directives du gouvernement quant à l’approvisionnement innovateur?

G.R: De nombreux hôpitaux en Ontario croient que les directives en matière d’approvisionnement dans le secteur parapublic qui supervisent tous les types d’approvisionnement employés sont rédigées de façon à être assez restrictives. Les directives sont en fait assez larges pour vous permettre de faire appel à différentes méthodes d’approvisionnement. Les hôpitaux n’ont tout simplement pas été en mesure de faire l’essai des différentes méthodes et de réaliser que les directives sont beaucoup plus avantageuses qu’ils ne le croient.

De quelle façon l’approvisionnement innovateur est-il traité dans une demande de propositions?

G.R: Selon les directives en matière d’approvisionnement dans le secteur parapublic, lorsqu’une demande de proposition est établie, vous devez suivre ces règles tout au long du processus. Donc, si vous n’incluez pas de processus de dialogue dans votre processus de participation à ce moment-là, ce processus sera absent de cette demande de proposition.

En quoi consiste le processus de dialogue compétitif?

G.R:  Dans le dialogue compétitif, l’important, c’est que vous interagissez avec les fournisseurs, et que vous permettez aux cliniciens et aux utilisateurs de se retrouver face à face avec les fournisseurs afin de trouver des solutions créatives plutôt que de vous limiter à une seule solution en format écrit, comme c’est le cas avec un processus de demande de propositions traditionnel.

Quels sont les risques liés à l’absence d’approvisionnement innovateur?

G.R:  Le système de santé est confronté à d’immenses défis. Selon moi, le plus gros défi lié à l’absence d’approvisionnement innovateur est que nous ne serons pas aussi ouverts à l’innovation que nous devons l’être. Et l’innovation est la seule façon qui nous permettra de répondre aux énormes besoins du système de santé avec les budgets limités.

Quel conseil donneriez-vous aux autres systèmes de santé?

G.R: Si les autres hôpitaux désirent mettre en place différents projets, je leur conseillerais de lire toute la documentation fournie par le ministère, mais aussi de faire appel à des mentors qui se sont déjà engagés dans cette voie; nous sommes plus que disposés à aider, comme mentors, d’autres hôpitaux dans ce processus.

Quelles sont les perspectives d’avenir avec l’approvisionnement innovateur?

GR: Nous souhaitons que les autres hôpitaux se rendent compte que ces types de projets peuvent être réalisés par les hôpitaux en Ontario, et partout en Amérique du Nord, et dans le monde, et qu’ils peuvent en bénéficier. Non seulement eux-mêmes, mais aussi leurs patients.