Image décorative

Arrêt cardiaque soudain

Arrêt cardiaque soudain

L’arrêt cardiaque soudain est un problème de santé de taille aux États-Unis.1

Tout développer

Résumé

Arrêt cardiaque soudain

L’arrêt cardiaque soudain et les plus de 450 000 décès qu’il provoque aux États-Unis en font un problème de santé majeur.1

En quoi consiste un arrêt cardiaque soudain (ACS)?

Un ACS est une interruption abrupte et soudaine des fonctions cardiaques; la tachycardie ventriculaire (TV) ou la fibrillation ventriculaire (FA) en sont généralement la cause.

Comme l’ACS est un trouble de la conduction électrique du cœur, il est différent de l’infarctus du myocarde, qui lui est causé par un vaisseau sanguin bloqué provoquant une circulation insuffisante jusqu’à un muscle cardiaque.

Dans environ 94 % à 95 % des cas, l’ACS provoque la mort cardiaque subite.2

Qui est à risque de subir un arrêt cardiaque soudain?

Étant donné que l’arrêt cardiaque soudain se présente sans signe avant-coureur, il n’existe pas de liste reconnue de ses symptômes. Cela dit, voici quelques facteurs de risque1-3  :

  • Un antécédent d’arrêt cardiaque soudain
  • Un infarctus du myocarde passé, même si une prise en charge optimale s’en est suivie (p. ex. traitement par inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine ou par bêtabloquants)
  • Une fraction d’éjection basse (40 % ou moins)
  • Des antécédents de cardiopathies et de troubles du rythme cardiaque
  • Des antécédents familiaux d’ACS ou d’autres cardiopathies
  • Une extrasystole ventriculaire (ESV) et une tachycardie ventriculaire

Options de traitement

Le seul moyen de remédier à l’ACS est d’appliquer, dans les minutes qui suivent, une décharge électrique au moyen d’un défibrillateur externe automatique (AED) ou d’un défibrillateur cardioverteur implantable (DCI). Selon l’American Heart Association, la défibrillation doit être fournie au maximum dans les 3 à 5 minutes suivant le déclenchement de l’ACS survenant hors d’un établissement hospitalier.4 Aux États-Unis, les équipes des services d’aide médicale d’urgence prennent de 6 à 12 minutes à arriver sur les lieux.5 Les chances de survie à un ACS chutent de 7 à 10 % pour chaque minute sans défibrillation.6

Le coût du traitement par DCI

Les études en médecine prouvent que les DCI réduisent de façon considérable la mortalité chez les Américains à risque.

Malgré ces statistiques, les DCI sont souvent boudés.

  • Moins de 20 % des patients pour lesquels le dispositif est indiqué ne profitent pas des bienfaits d’un DCI, bien qu’ils soient fortement à risque de succomber à un événement cardiaque soudain7

Références

1

ZHENG, Z-J., CROFT, J.B., GILES, W.H., MENSAH, G.A. « Sudden cardiac death in the United States, 1989-1998 ». Circulation. 2001; 104 : 2158-63.

2

PELL, J.P., SIREL, J.M., MARSDEN, A.K. et coll. « Presentation, management, and outcome of out-of-hospital cardiopulmonary arrest: comparison by underlying etiology ». Heart. 2003; 89 : 839-42.

3

MOSS, A.J., ZAREBA, W., JACKSON HALL, W. et coll. pour l’étude MADIT II. « Prophylactic implantation of a defibrillator in patients with myocardial infarction and reduced ejection fraction ». The New England Journal of Medicine. 2002; 346 : 877-83. 

4

« American Heart Association, Inc., Guidelines 2000 for cardiovascular resuscitation and emergency cardiovascular care ». Circulation. 2000; 102 : I1-I384.

5

Medtronic review of published clinical literature.

6

CUMMINS, R.O. « From concept to standard-of-care? Review of the clinical experience with automated external defibrillators ». Annals of Emergency Medicine. 1989; 18 : 1269-75.

7

CARDINAL, D.S., CONNELLY, D.T., STEINHAUS, D.M. et coll. « Cost savings with nonthoracotomy implantable cardioverter defibrillators ». American Journal of Cardiology. 1996; 78 : 1255-59.