ABLATION PAR RADIOFRÉQUENCE DÉPISTAGE ET TRAITEMENT

L’ablation par radiofréquence est un traitement proactif pour les patients atteints de l’œsophage de Barrett qui désirent diminuer leur risque de progression vers le cancer de l’œsophage.

ÉRADICATION DE L’ŒSOPHAGE DE BARRETT ET RÉDUCTION DES RISQUES DE CANCER

L’œsophage de Barrett est le principal facteur de risque d’adénocarcinome de l’œsophage, un type de cancer de l’œsophage. Le développement de l’œsophage de Barrett augmente de 50 fois vos risques de développer l’adénocarcinome1. Les patients atteints d’une dysplasie de bas grade confirmée et présentant d’autres facteurs de risque font face à un risque considérable de progression de la maladie2, 3.

L’ablation par radiofréquence (ARF) est un traitement proactif pour les patients ayant reçu un diagnostic d’œsophage de Barrett qui sont sous surveillance et qui désirent diminuer le risque que la maladie progresse vers l’adénocarcinome. L’ARF élimine les tissus précancéreux endommagés par l’œsophage de Barrett à l’aide de la chaleur. Cette technologie permet d’éliminer les tissus touchés par la maladie tout en préservant les tissus sains sous-jacents.

De nombreuses études démontrent l’efficacité de l’ARF pour le traitement de l’œsophage de Barrett4‑8 . De plus, les lignes directrices de pratiques cliniques de sociétés de gastroentérologie internationales recommandent le traitement de la dysplasie par une éradication endoscopique comme l’ARF9, 10.


À QUOI S’ATTENDRE

AVANT L’INTERVENTION

Suivez les directives remises par votre médecin ou par le personnel infirmier. Les directives suivantes, qui ont été transmises à des patients dans le cadre de certains essais cliniques, ne sont fournies qu’à titre d’exemple :

  • Le jour de l’intervention, évitez de manger et de boire à partir de minuit;
  • Faites en sorte que quelqu’un vous raccompagne à la maison après l’intervention;
  • Si vous consommez de l’acide acétylsalicylique ou d’autres anticoagulants, cessez d’en prendre avant chaque endoscopie au moment indiqué par le médecin.

JOUR DE L’INTERVENTION

L’ablation doit être effectuée conjointement avec une endoscopie digestive haute. L’intervention est réalisée après la sédation du patient dans un contexte de traitement en consultation externe où aucune incision n’est effectuée. Bien que le temps opératoire dans le cadre des études cliniques soit d’environ 30 minutes, la durée réelle peut varier selon l’expérience du médecin et la complexité du cas. Vous serez mis sous surveillance après l’intervention.

APRÈS L’INTERVENTION

Suivez les directives relatives au congé de l’hôpital remises par le médecin après l’intervention. Il se peut que vous sentiez un certain inconfort après l’intervention. Si c’est le cas, votre médecin peut vous fournir des médicaments afin de soulager ces symptômes. 

Votre médecin planifiera un rendez-vous de suivi au cours des deux à trois mois suivant l’intervention. S’il reste des tissus endommagés, votre médecin procédera à leur ablation. Une surveillance routinière au moyen d’endoscopies et de biopsies est suggérée, et ce, même s’il y a eu un traitement d’ARF. 


Les renseignements et les ressources qui figurent sur ce site sont fournis à titre indicatif et ne se substituent pas aux conseils de votre médecin. Discutez toujours avec votre médecin du diagnostic et des renseignements sur le traitement, y compris des risques. N’oubliez pas que tous les traitements et les résultats obtenus à la suite de ces traitements sont propres à chaque patient. Les résultats peuvent varier.


1

P. J. De Jonge et coll., « Risk of malignant progression in patients with Barrett’s oesophagus: a Dutch nationwide cohort study », Gut, Vol. 59 (2010), p. 1030‑1036.

2

K. N. Phoa, F. G. Van Vilsteren, R. E. Pouw, B. L. Weusten et coll., « Radiofrequency ablation vs endoscopic surveillance for patients with Barrett esophagus and low-grade dysplasia: a randomized clinical trial », The Journal of the American Medical Association, vol. 311, nᵒ 12 (26 mars 2014), p. 1209‑1217.

3

S. Spechler et coll., « Barrett’s esophagus », The New England Journal of Medicine, vol. 371 (2014) p. 836‑845.

4

K. N. Phoa, F. G. Van Vilsteren, R. E. Pouw et coll., « Radiofrequency Ablation in Barrett’s Esophagus with Confirmed Low-Grade Dysplasia: Interim Results of a European Multicenter Randomized Controlled Trial (SURF) », Gastroenterology, vol. 144 (2013), p. S-187, col. 1.

5

E. S. Orman, N. Li, N. J. Shaheen, « Efficacy and durability of radiofrequency ablation for Barrett’s esophagus: systematic review and meta-analysis », Clinical Gastroenterology and Hepatology, vol. 11 (2013), p. 1245‑1255.

6

N. J. Shaheen, P. Sharma, B. F. Overholt et coll., « Radiofrequency ablation in Barrett’s esophagus with dysplasia », The New England Journal of Medicine, vol. 360 (2009), p. 2277‑2288, p. 2277, p. 2283, figure3.

7

F. G. Van Vilsteren, R. E. Pouw, S Seewald et coll., « Stepwise radical endoscopic resection versus radiofrequency ablation for Barrett’s oesophagus with high-grade dysplasia or early cancer: a multicentre randomised trial », Gut, vol. 60 (2011), p. 765‑773, p. 765, col. 1 et p. 769, tableau 2.

8

K. N. Phoa, R. E. Pouw, F. G Van Vilsteren et coll., « Remission of Barrett’s Esophagus with Early Neoplasia 5 Years after Radiofrequency Ablation with Endoscopic Resection: A Netherlands Cohort Study »,

9

N. J. Shaheen, G. W. Falk, P. G. Iyer et L. B. Gerson, « ACG Clinical Guideline: Diagnosis and Management of Barrett’s esophagus », The American Journal of Gastroenterology, vol. 111, nᵒ 1 (2016), p. 30‑50.

10

S. Wani, B. Qumseya, S. Sultan et coll., « Endoscopic eradication therapy for patients with Barrett’s esophagus-associated dysplasia and intramucosal cancer », Gastrointestinal Endoscopy, vol. 87, nᵒ 4 (2018), p. 907‑931.