Maladie de Parkinson Votre santé

Notre thérapie

À propos de la stimulation cérébrale profonde

La thérapie de stimulation cérébrale profonde (SCP) peut atténuer nombre des symptômes de la maladie de Parkinson1. Cette thérapie réglable et si besoin, réversible, utilise un dispositif implanté qui stimule électriquement le cerveau, bloquant les signaux qui engendrent les symptômes moteurs invalidants.

La thérapie de stimulation cérébrale profonde (SCP) pour la maladie de Parkinson utilise un dispositif médical implanté par voie chirurgicale, semblable à un stimulateur cardiaque, pour stimuler électriquement des zones bien ciblées du cerveau.

Dans le cas de la maladie de Parkinson, la SCP peut délivrer une stimulation ciblée dans deux régions du cerveau, appelées le noyau sous-thalamique (NST) et le globus pallidus interne (GPi). Les recherches montrent qu’une stimulation de ces régions permet de bloquer les signaux du cerveau qui provoquent des symptômes tels que la rigidité, la lenteur des mouvements et les tremblements2,3

Le système de SCP est implanté par un neurochirurgien spécialement formé. À l’aide de techniques d’imagerie avancées du cerveau du patient, la zone exact à stimuler est identifiée et des électrodes très fines y sont implantées. Ces électrodes sont connectées, via des extensions, à un neurostimulateur généralement implanté au niveau de la poitrine, sous la peau.

Trois éléments composent le système de SCP

Système de stimulation cérébrale profonde
  • Électrode ou sonde de stimulation : elle est constituée d’un fil métallique très fin recouvert d’un revêtement protecteur isolant. Elle comporte des petits plots métalliques à son extrémité qui transmettent un faible courant électrique. L'électrode est implantée dans le cerveau.
  • Extension – l'extension connecte l'électrode au neurstimulateur. C'est une sorte de rallonge qui  passe sous le cuir chevelu et le long du cou pour aboutir dans le haut de la poitrine ou de l'abdomen.
  • Neurostimulateur – le neurostimulateur est connecté à l'extension. Ce petit appareil étanche, semblable à un stimulateur cardiaque (pacemaker), contient une pile et des circuits électroniques. Le neurostimulateur est implanté sous la peau de la poitrine, au-dessous de la clavicule ou dans l'abdomen. Parfois appelé stimulateur cérébral, le neurostimulateur produit les impulsions électriques de faible voltage nécessaires pour la stimulation.

Pour régler la stimulation, un médecin spécialiste utilise un programmateur médical externe qui communique à travers la peau avec le neurostimulateur. Chaque personne répond à sa manière à la SCP, c’est pourquoi le programmateur sera utilisé pour personnaliser les signaux envoyés à votre cerveau, de manière indolore et non invasive.

Utilisation du système

Le médecin peut fournir au patient une petite télécommande qui permet de vérifier que le stimulateur est allumé et fonctionne correctement. 

La SCP : une innovation française

Les neurologues et les neurochirurgiens utilisent la stimulation électrique depuis les années 1960 pour localiser et identifier des sites spécifiques du cerveau. À cette occasion, ils ont découvert que la stimulation de certaines structures cérébrales supprime certains des symptômes de troubles neurologiques tel que le tremblement essentiel ou la maladie de Parkinson.

La SCP est utilisée depuis plus de 30 ans. Dans les années 1980, Medtronic a collaboré avec deux médecins français de l'Hôpital Universitaire de Grenoble - le professeur Alim-Louis Benabid, neurochirurgien, et le professeur Pierre Pollack, neurologue. En 1987, ils ont publié les résultats de la première application de la stimulation cérébrale profonde au traitement des troubles du mouvement.

BENEFICES ET RISQUES

Les bénéfices du traitement sont spécifiques à chaque patient et font partie de la discussion avec le médecin pendant la consultation.

Les risques de la SCP peuvent être liés à l'opération chirurgicale, aux effets secondaires ou à des complications avec l'appareil.

Consultez votre médecin pour obtenir une liste complète des bénéfices, des indications, des précautions, des résultats cliniques et d'autres informations médicales importantes propres à la thérapie de SCP .


Références

1

Bilan clinique de la thérapie, 2003.

2

The Deep-Brain Stimulation for Parkinson’s Disease Study Group. N Engl J Med. 2001 ; 345:956-963.

3

Esselink RA et al. Unilateral pallidotomy versus bilateral subthalamic nucleus stimulation in PD: a randomized trial. Neurology, 2004 : 62(2): E6-7


Les informations présentées sur ce site web ne le sont qu'à titre purement informatif. Elles ne sauraient remplacer vos relations avec un professionnel de santé.