SCS patient Janet Becker

Réduire la douleur grâce à la technologie

La stimulation médullaire « fonctionne à merveille » pour Janet Becker, une patiente souffrant de douleur chronique

Janet n’a plus besoin de subir les effets des opioïdes pour empêcher la douleur chronique de ruiner sa vie.

Alors que la crise des opioïdes continue de dévaster des vies partout au Canada, la résidente de Coquitlam, en Colombie-Britannique, fait partie du nombre croissant de Canadiens qui se tournent vers la technologie pour limiter leur douleur et réduire ou éliminer le besoin d’opioïdes. 

Janet programs her stimulator

Un stimulateur de moelle épinière de Medtronic a été implanté chez Janet. Il envoie de légères impulsions électriques pour interrompre les signaux de douleur avant qu’ils n’atteignent le cerveau. Elle estime que le petit dispositif médical réduit la douleur avec laquelle elle vit depuis plus de 13 ans. En fait, elle peut maintenant commencer à apprendre à marcher à nouveau, avec une prothèse, ce qui devrait l’aider à sortir du fauteuil roulant qui lui permet de se déplacer depuis de nombreuses années.

« Je veux juste continuer à vivre ma vie du mieux que je peux, et le stimulateur m’aide à le faire tous les jours, dit-elle. Si la douleur commence à me déranger, je peux simplement changer de programme et ajuster les réglages. Ça fonctionne vraiment à merveille pour moi. »

Née en Afrique du Sud, Janet a immigré au Canada il y a près de 22 ans et a d’abord eu une vie très occupée et enrichissante. Elle a travaillé pour une entreprise de planification d’événements et a organisé des conférences et des congrès dans l’Ouest canadien.

Mais en 2000, elle a commencé à éprouver des problèmes de santé et a reçu un diagnostic de polyarthrite rhumatoïde. Une biopsie pratiquée à son genou a entraîné un syndrome douloureux régional complexe (SDRC), et bien que sa jambe ait été amputée il y a 13 ans, elle a continué à souffrir de douleur chronique débilitante.

Prescription pill bottles

Au départ, on lui a prescrit une variété d’opioïdes, dont le fentanyl et l’hydromorphone, pour gérer sa douleur. Bien que ces puissants médicaments atténuaient la douleur, elle n’aimait pas la façon dont ils embrumaient son esprit : ils nuisaient à sa concentration et aux activités qu’elle aimait faire, comme lire ou discuter avec ses amis et sa famille.

« Les opioïdes ne soulagent pas la douleur, mais ils vous aident à l’oublier. Vous avez tout le temps la tête dans les nuages », explique-t-elle.

Janet était également consciente du risque de dépendance lié aux opioïdes. Bien qu’elle ait estimé qu’elle ne deviendrait pas dépendante, elle voulait trouver une autre thérapie. La stimulation médullaire lui a permis de retourner à sa vie active et d’éliminer quasiment l’utilisation d’opioïdes.

« Je ressens rarement le besoin de prendre des analgésiques maintenant, dit-elle. Le stimulateur de moelle épinière aide à reléguer les messages de douleur au second plan. »

Janet a mis à niveau son stimulateur de moelle épinière il y a quatre ans et elle commence à retrouver la mobilité perdue lors de l’amputation de sa jambe. Elle se fait actuellement poser une prothèse et a commencé la rééducation pour apprendre à marcher avec sa nouvelle jambe.

Je ressens rarement le besoin de prendre des analgésiques maintenant, dit-elle. Le stimulateur de moelle épinière aide à reléguer les messages de douleur au second plan.

Janet Becker, SCS patient

Plus important encore, Janet affirme que le stimulateur de moelle épinière lui a redonné espoir et une vision optimiste. Au lieu de concentrer toute son énergie sur la douleur, elle peut profiter de la vie, passer du temps avec sa famille et se sentir productive au travail.

« Je n’ai pas à penser constamment à la douleur, je peux simplement vivre », affirme-t-elle.