Image décorative

Traitement de l’hypertension intracrânienne idiopathique par dérivation

Traitement de l’hypertension intracrânienne idiopathique (méningite séreuse) par dérivation

Medtronic offre la valve à pression réglable Strata NSC LP dans un système de dérivation lombo-péritonéale, recommandé pour le traitement de l’hypertension intracrânienne idiopathique.1

À propos de l’hypertension intracrânienne idiopathique

L’hypertension intracrânienne idiopathique, dont l’ancien nom, « méningite séreuse », est parfois employé, est un trouble neurologique chronique dont les symptômes s’apparentent parfois à ceux d’une tumeur au cerveau.

Cette affection fait augmenter la pression intracrânienne, sans montrer de signe de la présence d’une masse intracrânienne, d’hydrocéphalie, d’infection ou d’encéphalopathie hypertensive. Son diagnostic repose sur l’élimination rigoureuse des autres troubles possibles. Les médecins utilisent les critères modifiés de Dandy pour établir le diagnostic.

Épidémiologie

Dans l’ensemble de la population, environ une ou deux personnes sur 100 000 souffrent d’hypertension intracrânienne idiopathique.2 Parmi les femmes obèses en âge de procréer, l’incidence est de 19 à 21 sur 100 000 personnes,3 bien que quiconque puisse contracter la maladie, sans égard à l’âge, au sexe, au poids ou à l’ethnicité. L’augmentation actuelle de l’incidence de l’hypertension intracrânienne idiopathique est due principalement à la hausse des taux d’obésité sociétale, à la sensibilisation accrue des patients et des médecins à ce trouble, ainsi qu’à l’amélioration de la méthode diagnostique.4

Symptômes et diagnostic

Le patient pourrait présenter les symptômes suivants :

  • Maux de tête s’apparentant à des migraines, non soulagés par la médication, et parfois pires le matin (symptôme le plus courant)
  • Étourdissements
  • Nausées
  • Baisse de l’acuité visuelle par éclipses, caractéristique de l’œdème papillaire
  • Œdème papillaire causant une détérioration de la vision, en particulier des défauts dans le champ de vision périphérique et un agrandissement de la tache aveugle
  • Photophobie
  • Douleur derrière les yeux ou lors de mouvements des yeux
  • Acouphènes pulsatiles (décrits comme des bourdonnements en synchronisation avec les battements du cœur du patient)
  • Acouphènes
  • Perte auditive
  • Douleur aux épaules, au dos, ou au cou
  • Ophtalmoplégie (paralysie des muscles oculaires)

Il existe quatre critères diagnostiques de l’hypertension intracrânienne idiopathique (critères modifiés de Dandy)5 :

  1. Pression intracrânienne élevée (pression du liquide céphalorachidien de plus de 25 cm H2O,6 bien que des pressions supérieures à 40 cm H2O ne soient pas rares)
  2. Composition normale du liquide céphalorachidien
  3. Œdème papillaire et maux de tête sans symptômes focaux (dans un faible pourcentage de cas, l’œdème papillaire n’est pas présent)
  4. Tomodensitométrie ou IRM normales, à l’exception des ventricules fentes, d’une selle turcique partiellement ou complètement vide, ou des modifications dans les sinus veineux cérébraux visualisés en réalisant une phlébographie ou une angiographie cérébrale par IRM.

Dérivation pour le traitement de l’hypertension intracrânienne idiopathique

La dérivation est pratiquée depuis de nombreuses années pour traiter l’hypertension intracrânienne idiopathique. L’utilisation d’une dérivation lombo-péritonéale est recommandée pour les patients souffrant d’hypertension intracrânienne idiopathique lorsque les changements dans leur style de vie et les médicaments administrés par voie orale ne soulagent pas complètement leurs symptômes.3 Dans ces cas, la dérivation, en particulier la dérivation avec une valve à pression réglable, peut traiter le trouble tout en réduisant l’hypotension associée (basse pression).

À propos des dérivations lombo-péritonéales StrataMC NSC

Une dérivation se compose généralement de deux cathéters et d’une valve qui redirige l’excès de liquide céphalorachidien du ventricule du cerveau vers d’autres parties du corps, le plus souvent vers la cavité péritonéale (dérivation ventriculo-péritonéale). Dans le cas de l’hypertension intracrânienne idiopathique, une dérivation lombo-péritonéale déplace le liquide de l’espace sous-arachnoïdien lombaire au péritoine, où il est absorbé par l’organisme.

L’avantage de la valve Strata réside dans le fait que les réglages de la pression et du niveau d’intensité du débit peuvent être modifiés de manière non effractive en fonction des besoins uniques de chaque personne relativement à la pression du liquide céphalorachidien.

Pour de plus amples renseignements à propos de la dérivation StrataMC NSC LP de Medtronic, cliquez ici.

Strata NSC LP shunt

La valve Strata NSC LP


Références

1

BRAZIS, P.W. « Clinical review: the surgical treatment of idiopathic pseudotumour cerebri (idiopathic intracranial hypertension) ». Cephalalgia. 2008; 28(12) : 1361-1373.

2

GREENBERG MARK, S. Handbook of Neurosurgery. 7e éd. Thieme Medical Publishers; 2010; 713.

3

GREENBERG MARK, S. Handbook of Neurosurgery. 7e éd. Thieme Medical Publishers; 2010; 713.

4

FRIESNER, D. et coll. « Idiopathic intracranial hypertension in the USA: the role of obesity in establishing prevalence and healthcare costs ». Obesity Reviews. Mai 2011; 12(5) : 372-80.

5

GREENBERG MARK, S. Handbook of Neurosurgery. 7e éd. Thieme Medical Publishers; 2010; 713-714.

6

CORBETT, J.J., MEHTA, M.P. « Cerebrospinal fluid pressure in normal obese subjects and patients with pseudotumor cerebri ». Neurology. 1983; 33(10) : 1386-8.