Fibrillation atriale Votre santé

À propos de cette pathologie

À propos de la fibrillation atriale

La fibrillation atriale (FA) - également appelée fibrillation auriculaire - se caractérise par une fréquence cardiaque irrégulière et souvent très rapide. Ce problème d’arythmie peut provoquer des symptômes comme des palpitations cardiaques, de la fatigue ou de l’essoufflement1.
Le traitement de la FA consiste à rétablir un rythme cardiaque normal. Il peut être réalisé à l’aide de médicaments, d’une cardioversion ou encore d’une ablation.

La fibrillation auriculaire est le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent1. En France, elle touche environ 1% de la population1. Près de 70 % des patients en fibrillation atriale ont plus de 75 ans et sa prévalence est supérieure à 10 % chez les personnes de plus de 80 ans (17 % au-delà de 85 ans)1. Elle représente un tiers de toutes les hospitalisations pour trouble du rythme3.

DÉFINITION

La fibrillation atriale survient lorsque les cavités supérieures du cœur, aussi appelées oreillettes ou atriums, se contractent de façon désynchronisée et frémissent (on dit aussi qu'elles présentent des fibrillations).Cela signifie qu’elles battent très rapidement et à un rythme irrégulier.

Le sang n’est pas pompé efficacement dans le reste de l’organisme, ce qui peut provoquer une sensation de faiblesse ou de la fatigue ou encore des sensations cardiaques inconfortables comme des palpitations.

Par ailleurs, le sang n’étant pas pompé efficacement dans la cavité, il y séjourne plus longtemps et des caillots peuvent ainsi s’y former. Ces caillots peuvent être ensuite dispersés dans la circulation ; si un tel caillot voyage jusqu’à une artère du cerveau, il peut en résulter un accident vasculaire cérébral.

Il existe différents types de fibrillation atriale :

  • Paroxystique (occasionnelle) – une fibrillation atriale qui dure de quelques secondes à plusieurs jours, puis cesse d’elle-même.
  • Persistante – une fibrillation atriale qui dure plus de 7 jours et cesse si un traitement est administré afin d’aider à rétablir le rythme normal du cœur.
  • Permanente – une fibrillation atriale présente en permanence et dont le rythme cardiaque normal ne peut pas être rétabli.

La FA progresse habituellement d’épisodes paroxystiques espacés vers des épisodes plus fréquents, puis vers la FA persistante et la FA permanente1.


Causes

Les causes de la FA ne sont pas toujours identifées : elle peut être provoquée par une anomalie cardiaque congénitale ou par une lésion causée à la structure du cœur à la suite d’une crise cardiaque ou en raison d’un trouble valvulaire par exemple.

La fibrillation atriale peut également apparaître chez les patients qui ne présentent pas d’antécédents particuliers.

Quel que soit la cause de la fibrillation auriculaire, le risque de développer ce type d'arythmie augmente rapidement avec l’âge1.


Facteurs de risques

Un certain nombre de facteurs de risques peuvent accroître le risque de fibrillation atriale. Certains peuvent être évitables (facteurs de risques comportementaux), d’autres non (facteurs de risques génétiques).

  • Hypertension artérielle1,2,4
  • Cardiopathie1,2,4
  • Diabète1,2,4
  • Dysfonction thyroïdienne2
  • Tabagisme2,4
  • Obésité2,4
  • Consommation excessive de caféine4
  • Consommation excessive d'alcool2,4
  • Prise de drogues4
  • Certains médicaments1
  • Apnée du sommeil2,4
  • Vieillissement1,2
  • Facteurs génétiques2

SYMPTÔMES

Les symptômes suivants sont souvent associés à la fibrillation atriale :

  • des palpitations, qui se manifestent notamment par des battements de cœur irréguliers ou rapides et intenses, ou une sensation de martèlement ;
  • l’impression que le cœur s’emballe ;
  • de l’inconfort ou une douleur à la poitrine ;
  • des évanouissements, une sensation de faiblesse ou des étourdissements ;
  • de la fatigue ou de l’essoufflement.

Certaines personnes ne présentent aucun symptôme et apprennent qu’elles sont atteintes de fibrillation atriale lors d’un rendez-vous chez le médecin. Même asymptomatique, la FA doit être prise en compte.


DIAGNOSTIC

Seul votre médecin peut déterminer si vous souffrez de fibrillation atriale et le stade d’évolution de cette pathologie. Pour écarter ou confirmer le diagnostic de fibrillation atriale, un ou plusieurs des examens diagnostiques suivants peuvent être prescrits selon le trouble du rythme suspecté :

  • Un électrocardiogramme (ECG)
    • examen de quelques minutes non-invasif qui permet d’enregistrer l’activité électrique du cœur grâce à des électrodes autocollantes fixées sur le thorax
  • Une épreuve d’effort
    • examen non-invasif dont le but est de faire augmenter la fréquence cardiaque en marchant sur un tapis roulant tout en enregistrant les paramètres cardiologiques. L’activité cardiaque est enregistrée à l’aide d’électrodes autocollantes, ce qui permet d'évaluer la santé cardiovasculaire lors d’un effort.
  • Des dispositifs de surveillance à long terme :
    • un enregistreur d’événements
      • examen, également appelé cardiomémo, non invasif qui permet d’enregistrer les battements du cœur lors de symptômes (palpitations, essoufflement, étourdissement, perte de conscience,..) sur une longue durée (2 semaines en général).
    • un moniteur Holter
      • examen non invasif qui permet d’enregistrer les battements cardiaques en continu sur une période de 24 ou 48 heures. Tous les battements du cœur sont ainsi enregistrés sur une carte mémoire qui est ensuite analysée par un cardiologue.
    • un moniteur Holter insérable
      • examen mini-invasif qui permet, sur une longue durée pouvant aller jusqu’à 3 ans, de surveiller en continu l’activité électrique du cœur et d’enregistrer et classer automatiquement les épisodes d’arythmie du patient.

Références

1

Haute Autorité de Santé. Fibrillation atriale. Guide parcours de soins. Saint-Denis La Plaine: HAS; 2014. https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2014-05/guide_pds_fibrillation_atriale_vf.pdf

2

Kirchhof P., et al. 2016 ESC Guidelines for the management of atrial fibrillation developed in collaboration with EACTS. European Heart Journal. Published online August 27, 2016. Accessed online August 31, 2016 at http://eurheartj.oxfordjournals.org/content/early/2016/08/26/eurheartj.ehw210

3

Haute Autorité de Santé. Évaluation de l’ablation endocavitaire des tachycardies par cryothérapie. Argumentaire. Saint-Denis La Plaine: HAS; 2016. https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2016-12/argumentaire_cryoablation_vd.pdf


Les informations présentées sur ce site web ne le sont qu'à titre purement informatif. Elles ne sauraient remplacer vos relations avec un professionnel de santé.