arythmies auriculaires

arythmies auriculaires Votre santé

À propos de cette condition

Troubles du rythme cardiaque dans les oreillettes – arythmies auriculaires

Il arrive parfois que, brusquement et sans aucune cause identifiable, le cœur perde la cadence : lorsque des troubles du rythme cardiaque se déclarent dans les oreillettes, les battements de cœur s’accélèrent ou deviennent irréguliers, ce qui entraîne dyspnée, palpitations, extrasystoles, sensation de pression dans la poitrine, fatigue inhabituelle, essoufflement ou vertiges. Si les arythmies auriculaires ne sont pas identifiées et traitées, le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) ou d’insuffisance cardiaque augmente.

Que sont les troubles du rythme cardiaque auriculaire ?

Un cœur en bonne santé bat de 50 à 80 fois par minute. En cas d’arythmie auriculaire (arythmie = pulsations cardiaques irrégulières), les cavités supérieures du cœur (oreillettes) battent plus vite que la normale ou de façon désordonnée. Lorsque le rythme cardiaque s’accélère pour atteindre plus de 100 battements, on parle de tachycardie. Les types de tachycardies suivants sont étroitement liés à des troubles de l’oreillette droite ou gauche :

Tachycardie par réentrée nodale auriculoventriculaire (TRNAV)

Le nœud sinusal assure la régulation du rythme cardiaque à partir des impulsions électriques qu’il produit. En temps normal, le nœud AV transmet ces excitations aux ventricules cardiaques par une seule voie de conduction, à la manière d’une « rue à sens unique ». Dans la TRNAV, les impulsions empruntent une deuxième voie de conduction pour revenir jusqu’à l’oreillette. C’est la « réentrée » (en anglais « reentry »). Lorsque ces impulsions arrivent de nouveau dans les ventricules par la première voie, il se produit une excitation en boucle dans le nœud AV du cœur, qui peut déclencher des palpitations.

Tachycardie par réentrée auriculoventriculaire (TRAV)

Dans ce type de tachycardie, une voie de conduction – en plus du nœud AV – transporte des impulsions électriques jusqu’aux ventricules cardiaques. Si le nœud AV renvoie les impulsions vers l’oreillette (réentrée), une excitation en boucle se produit et le cœur se met à battre trop vite.

Flutter auriculaire

Ce trouble du rythme cardiaque apparaît généralement dans l’oreillette droite. Les oreillettes se contractent de façon régulière mais trop rapide, avec plus de 220 battements par minute. Toutefois, elles ne redirigent qu’une partie de ces pulsations rapides vers les ventricules. C’est pourquoi les ventricules battent souvent plus lentement que les oreillettes. Le rythme cardiaque auriculaire peut également être irrégulier.


Fibrillation auriculaire

La fibrillation auriculaire correspond à un rythme cardiaque irrégulier et très rapide, consécutif à une excitation non coordonnée des oreillettes. La fréquence cardiaque peut atteindre jusqu’à 300 battements par minute dans les oreillettes et jusqu’à 150 battements par minute dans les ventricules. En raison du manque de coordination des oreillettes, seule une quantité partielle du sang propulsé arrive dans les ventricules. Ce dysfonctionnement peut notamment entraîner une diminution de la pression artérielle ou des étourdissements. Des caillots de sang peuvent également apparaître dans les oreillettes et provoquer une attaque.

La fibrillation auriculaire n'est pas fatale en soi. Les personnes concernées se sentent souvent nerveuses et essoufflées. La fibrillation auriculaire peut survenir, puis à nouveau disparaître. Certains patients ne remarquent pas le moindre symptôme et peuvent rester longtemps sans savoir qu’ils souffrent de fibrillation auriculaire. Cela augmente le risque d’AVC. Cela peut en revanche leur être fatal. L’efficacité réduite de pompage du cœur peut également conduire à l’insuffisance cardiaque.
La fibrillation auriculaire est le trouble du rythme cardiaque le plus fréquent et peut apparaître par crises passagères (forme paroxystique), durablement (forme persistante) ou de façon chronique.


Comment naissent les troubles du rythme cardiaque dans l’oreillette ?

Les facteurs qui déclenchent et sont à l’origine des arythmies auriculaires sont notamment les suivants :


À quoi puis-je reconnaître des troubles du rythme cardiaque auriculaire ?

Palpitations, extrasystoles, dyspnée, étourdissements, fatigue inhabituelle, essoufflement ou sensation de pression dans la poitrine sont des symptômes caractéristiques.
Plus le cœur bat vite, plus ces manifestations sont marquées. Il se peut également que vous ne ressentiez aucun symptôme et que vos troubles du rythme cardiaque passent inaperçus. Quoi qu’il en soit, il est important que les arythmies (troubles du rythme cardiaque) soient diagnostiquées et traitées à un stade précoce.


Comment le médecin s’y prend-il pour diagnostiquer un trouble du rythme cardiaque auriculaire ?

Pour déterminer si vous souffrez d’arythmie cardiaque, votre médecin peut procéder aux examens suivants :

  • électrocardiogramme (ECG pendant 10-60 secondes) ;
  • Holter (ECG de longue durée sur une période allant de 24 à 72 heures) ;
  • exploration électrophysiologique (EEP dure quelques heures) ;
  • moniteur cardiaque implantable (jusqu’à 3 ans de monitoring continu).

Étant donné que la fibrillation auriculaire ne survient pas toujours, plus le temps de monitoring sera long, plus les chances de la découvrir seront élevées.


Les informations contenues sur ce site Internet ont pour seul objectif de vous donner un meilleur aperçu des produits et thérapies de Medtronic, ainsi des affections auxquelles ils s’appliquent. Ces informations ne remplacent en aucun cas un avis médical. Pour toute question sur votre santé ou tout avis médical, contactez votre médecin ou un professionnel de santé.