Mal de dos Votre santé

La colonne vertébrale

La colonne vertébrale ou rachis

La colonne vertébrale est l'axe principal de notre corps. Elle soutient la tête et se divise en cinq segments : cervical, thoracique, lombaire – mobiles et le sacrum et le coccyx qui sont fixes. Ils sont formés de vertèbres soudées entre elles.

La colonne vertébrale se compose de 24 vertèbres : 7 cervicales, 12 dorsales (encore appelées thoraciques) et 5 lombaires.

Ces vertèbres sont numérotées en fonction de leur emplacement dans la colonne vertébrale : C1 est en haut de la colonne vertébrale (C pour cervical), tandis que T3-T4 sont dans la partie thoracique, L4 et L5 sont dans la partie basse de la région lombaire et S1 dans la partie du sacrum. 

Chaque vertèbre est séparée par des tampons de cartilage ronds et spongieux, appelés disques intervertébraux, qui servent d’amortisseurs de choc. Ils sont composés d’un anneau fibreux et d’un noyau gélatineux. Ensemble, ils supportent le poids du corps et vous permettent de bouger et faire pivoter la partie supérieure du corps. Ils sécurisent aussi le passage de la moelle épinière et des nerfs qui en partent pour rejoindre différentes parties du corps. 

Le rachis : une structure stable

Bien que constituée d’un empilement de blocs - les vertèbres - la colonne vertébrale est à la fois souple, solide et stable.

La colonne vertébrale est entourée et stabilisée par les ligaments et les muscles. Chaque vertèbre est reliée à une vertèbre supérieure et une inférieure par :

  • les disques intervertébraux 
  • des articulations et des ligaments.

Ces éléments jouent le rôle de points d’union entre ces structures adjacentes.

Le rachis est aussi une zone musculaire importante. Il sert d’ancrage aux muscles dits "de la posture ".

Au niveau du cou, d’autres muscles participent au mouvement de la tête.

Enfin, au niveau de la jonction avec le bassin, les muscles fessiers jouent un rôle de stabilisateurs puissants. Les muscles, ligaments et capsules articulaires stabilisent la colonne.

Les structures d’une vertèbre

Chaque vertèbre est composée de plusieurs éléments osseux.

Toute vertèbre comprend :

  • une partie avant (situé vers l’abdomen) bombée appelée le corps vertébral, 
  • une partie arrière appelée arc postérieur. Il est constitué d’une épine médiane (apophyse épineuse) et de deux branches horizontales et transversales (apophyses transverses). L'apophyse épineuse correspond à ce que l'on sent quand on passe sa main dans le dos.
  • Le corps vertébral et l’arc postérieur sont reliés par des pédicules vertébraux formant un trou au milieu, qu’on appelle le foramen vertébral dans lequel se loge la moelle épinière.

Chacune de ces parties de vertèbre peut subir des lésions spécifiques avec des conséquences variées.

La moelle épinière et les racines nerveuses : sensibilité et motricité 

Au sein de la colonne chemine la moelle épinière, elle constitue le prolongement du cerveau. De celle-ci naissent les racines nerveuses qui vont former les nerfs des bras et des jambes.

Les racines nerveuses qui sortent de la colonne ont une double fonction : motrice et sensitive.

La compression des racines

Il arrive que les racines soient comprimées juste à leur sortie de la moelle épinière. Cette compression peut être responsable à la fois d’un trouble de la sensibilité et d’un trouble moteur (faiblesse). C’est le cas, par exemple, quand une racine nerveuse au niveau lombaire est comprimée et provoque la fameuse sciatique avec une douleur qui peut débuter dans le bas du dos ou de la fesse et se prolonger parfois jusqu’au pied.

De par les rôles importants que joue la colonne vertébrale dans la vie quotidienne, ses atteintes pathologiques peuvent avoir des conséquences importantes sur la vie.

Les pathologies dégénératives

Les pathologies dégénératives sont liées aux sollicitations importantes et répétitives auxquelles est soumise la colonne vertébrale : port de charges, marche, mouvements répétitifs du tronc, mauvaises postures.. Elles sont d’apparition lente et progressive.

Parmi les pathologies dites dégénératives, on distingue :

  • les discopathies,
  • la hernie discale,
  • le canal lombaire étroit,
  • le tassement vertébral d’origine ostéoporotique,
  • le spondylolisthésis.

La colonne vertébrale peut également souffrir de différentes atteintes traumatiques, infectieuses ou tumorales.

Les pathologies traumatiques

Les traumatismes sportifs ou de la voie publique peuvent conduire à des fractures ou tassements vertébraux.

Les pathologies tumorales et infectieuses

Plus rarement, la colonne vertébrale peut être le siège de tumeurs comme des métastases de cancers du sein ou de la prostate par exemple. Des infections de certaines structures du rachis sont rares mais également possibles.